•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

«Mon cirque à moi» : enfant de la balle

Les dessous du tournage du premier film de Miryam Bouchard.

Patrick Huard et la comédienne Jasmine Lemée posent ensemble.

Le compte-rendu vidéo de Valérie Cloutier

Photo : Laurent Guerin

Le film québécois Mon cirque à moi prendra l'affiche le 14 août. Patrick Huard y tient le rôle d'un clown professionnel, tandis que Jasmine Lemée y incarne sa fille. À 13 ans, Laura caresse d’autres rêves que celui de devenir une artiste de cirque. Ce long métrage de Miryam Bouchard est en partie inspiré de sa propre vie. La réalisatrice et Jasmine Lemée répondent à nos questions.


Q - Miryam Bouchard, quelle portion du scénario rejoint votre histoire de vie dans ce long métrage co-scénarisé avec Martin Forget ?

M.B. - C’est un film très librement inspiré de ma vie. Ce n’est pas un biopic.

Mon père était comédien. C’est un acteur qui a joué au cinéma, au théâtre, et il a fait aussi de la jonglerie, des arts du cirque. Un peu comme le personnage de Laura, j’avais envie d’avoir une vie plus normale; j’avais envie d’aller étudier au privé. J’ai préféré les bancs d’école plutôt que l’école de la vie.

Je dis souvent en blague que des parents-clowns, ça ne fait pas nécessairement des enfants-clowns. Quand on a des parents qui prônent la liberté, on a envie du contraire à l’adolescence.

Donc, on s'est un peu inspiré de ça, mais c'est vraiment l'histoire des deux personnages, Laura et Bill.

Q - Jasmine Lemée, ce film vous a donné la chance d'incarner votre premier rôle principal au grand écran. Quels souvenirs gardez-vous du tournage qui s’est déroulé à la fin de l'été 2019?

J.L. - Ça été vraiment une très très belle expérience. C’était la première fois que j’étais aussi proche de l’équipe étant donné que je faisais pas mal tous les jours du tournage. Alors, ç’a été comme une deuxième famille pendant un mois.

Je n’avais jamais encore rencontré Patrick Huard ni Sophie Lorain, et j’ai adoré ça parce que pour une actrice, surtout enfant, c’est le fun de se sentir écoutée, de sentir qu’on a nos propres opinions et que le monde écoute ce qu’on peut dire. Je sentais vraiment ça quand Patrick et Sophie m’écoutaient.

Q - Le fait de savoir que le scénario s’inspire de la vie de la réalisatrice, est-ce que cela a teinté votre perception du personnage?

J.L. - Non, elle voulait que je crée mon personnage. Miryam n’avait pas d’attente pour que je lui ressemble. Au contraire! Elle attendait que j’agisse librement et que j’y mette une touche de créativité.

Q - Est-ce Patrick Huard avait déjà des aptitudes pour les arts du cirque ou a-t-il dû apprendre certaines disciplines?

M.B. - Quand je lui ai offert le rôle, je ne savais pas du tout que Patrick Huard était capable de jouer de la flûte avec son nez. Sincèrement, je pensais utiliser une doublure pour la jonglerie, mais ce n’est pas arrivé. Patrick est très travaillant et très persévérant, et il a travaillé très fort.

Q - Trouvez-vous que le film sort à un bon moment, malgré la crise de la COVID-19?

J.L. - Oui, parce que ce film-là, on dirait qu’il peut toucher tout le monde. Il y a de la joie, de la tristesse, du bonheur. Il y a un peu de tout. Il y a de la comédie, on dirait que ça donne du courage aux gens pour se dire que tout le monde vit la même chose, et c'est important quand même de rester positifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !