•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prince saoudien Mohammed ben Salmane convoqué par la justice américaine

Portrait de Mohammed ben Salmane.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane

Photo : Reuters / POOL New

Radio-Canada

Un tribunal fédéral de Washington a ordonné une convocation à l'endroit du prince héritier Mohammed ben Salmane, à la suite d'une plainte déposée la semaine dernière par Saad Aljabri, un ancien haut responsable des services de sécurité saoudiens, qui l'accuse de tentative d’assassinat à Toronto.

C’est ce qu’a révélé lundi la chaîne d'information continue Al-Jazira, qui a eu accès à la convocation.

En plus du prince héritier, 13 autres personnes sont convoquées par le tribunal américain, dont deux résidents des États-Unis.

Parmi les personnes convoquées figure Saoud al Qahtani. Cet ancien conseiller de Mohammed ben Salmane a été cité dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la Turquie. Il serait actuellement en résidence surveillée.

Selon Al-Jazira, ces personnes ont 21 jours pour répondre à la convocation du tribunal.

Jeudi dernier, Saad Aljabri a déposé une plainte devant la justice américaine. Il accuse le prince Mohammed ben Salmane d’avoir envoyé une équipe pour l’assassiner, et ce, à deux reprises, en 2018 : une fois à Toronto, où il réside, et une autre à Boston, aux États-Unis.

Selon le document de la plainte, les membres de l’équipe chargée de l’assassiner étaient les mêmes que ceux qui sont montrés du doigt pour le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul, en 2018.

L’équipe en question, appelée Tiger Squad, serait arrivée à l’aéroport Pearson de Toronto à la mi-octobre 2018. Ses membres auraient tous été interdits d’entrée au pays, sauf un, qui possédait un passeport diplomatique.

Avec les informations de Al-Jazira

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !