•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police enquête sur une vidéo d’insultes visant Catherine McKenna

Ce genre de choses arrive souvent, surtout à des femmes et à des personnes racisées, a regretté la ministre.

Catherine McKenna prend la parole devant son bureau.

« Il faut que ça cesse », a réclamé Catherine McKenna au sujet des incidents du genre.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trepanier

Radio-Canada

La police d'Ottawa et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) enquêtent sur une vidéo dans laquelle un homme crie des obscénités devant le bureau de circonscription de la ministre Catherine McKenna.

La vidéo d’environ 90 secondes publiée sur les médias sociaux pendant le week-end montre ce qui semble être son auteur s'approcher de la porte du bureau de la députée d'Ottawa-Centre et demander à parler à Mme McKenna. Quand une employée lui dit que le bureau n'est pas ouvert au public en raison de la pandémie, il se lance dans une tirade agressive et particulièrement vulgaire, s’en prenant à Mme McKenna ainsi qu’au premier ministre Justin Trudeau.

L'incident s'est produit jeudi dernier, vers 10 h 30 (HAE).

La ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, qui a qualifié l’affaire d’inacceptable, lundi, en point de presse, a raconté n'avoir appris l’existence de la vidéo qu'en la voyant passer sur les réseaux sociaux.

Ce n’est pas un événement isolé, a-t-elle déploré. On sait que ça arrive tous les jours à beaucoup de politiciens, surtout des femmes, des membres de communautés minoritaires, des politiciens autochtones.

Elle a dit constater une escalade dans l’audace des gestes posés. Je ne sais pas jusqu’où ça pourrait aller. C’est ça, le problème.

Il faut que ça cesse, a-t-elle affirmé. On doit oppser une résistance ferme à ce genre de chose, a-t-elle insisté.

Catherine McKenna a estimé que les plateformes sociales ont une part de responsabilité dans ce genre de situation, car la vidéo a pu circuler librement et donner encore plus de visibilité à cet individu et à des gens qui veulent répandre la haine et intimider des gens.

Je ne veux pas donner davantage d’attention à cette personne, a-t-elle d’ailleurs déclaré.

Ce n’est pas la première fois que Mme McKenna est confrontée à de tels gestes.

Nous y voilà encore! avait-elle d'ailleurs lancé au tout début de son point de presse de lundi.

Quelques jours à peine après sa réélection, l'automne dernier, quelqu'un avait peint une insulte sur une photo d'elle dans la fenêtre de son bureau de campagne.

La GRC enquêtait déjà sur ce délit. Le Service de police d'Ottawa a confirmé lundi que son unité des crimes haineux se penchait maintenant sur le nouvel incident.

Les deux pourraient être liés.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !