•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les modifications au plan de rentrée scolaire bien accueillies dans l’Est

Jean-François Roberge en conférence de presse.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge, dévoile son plan pour la rentrée 2020-2021.

Photo : Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les ajustements au plan de Québec pour la rentrée scolaire annoncés lundi suscitent des réactions positives dans l’Est, du moins dans l’ensemble. Cependant, des précisions sont attendues, et on souhaite que le ministre accorde du temps pour permettre aux enseignants de s’adapter.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé que tous les élèves devront porter le masque à partir de la 5e année du primaire, mais pas dans les classes.

Tout le personnel devra porter le couvre-visage dans les lieux communs, les halls et les corridors, mais pas dans les classes non plus.

Au primaire comme au secondaire, les professeurs changeront de local pour éviter les déplacements aux élèves.

Un enfant en pantalon court porte un masque sur le visage. Il marche et a un sac à dos.

Un garçon portant un masque sur le chemin de l'école

Photo : Reuters / Leonhard Foeger

Pour les élèves de 4e et 5e secondaire, des journées d'alternance à l'école et à la maison seront mises en place.

Un plan est également prévu en cas d’éclosion de cas de COVID-19.

La présidente du Syndicat des enseignants du Grand-Portage, Natacha Blanchet, se dit assez satisfaite de ce plan, notamment parce que les enseignants ne seront pas obligés de porter le masque en classe.

Elle aurait cependant aimé qu’on accorde plus de temps de préparation aux enseignants.

On ne dispose que de deux ou trois semaines pour s’adapter, dit-elle. Ce sera difficile d’y arriver sans mettre les gens à bout de souffle.

Selon elle, il serait approprié d’ajouter des journées pédagogiques pour permettre au personnel de mieux planifier la rentrée.

Mme Blanchet estime que beaucoup de questions demeurent sans réponse pour ses membres à moins d'un mois de la reprise des classes.

Elle attend notamment avec impatience des précisions sur le rattrapage pour les élèves vulnérables. Le ministre devra annoncer rapidement ce qu'il compte faire pour venir en aide aux élèves vulnérables, presse-t-elle.

De son côté, le président par intérim du Syndicat de l’enseignement de la région de la Mitis (SERM), Gerry Lavoie, se dit favorable au concept de bulle-classe où les élèves restent dans le même local.

Gerry Lavoie, président par intérim du Syndicat de l’enseignement de la région de la Mitis (SERM).

Gerry Lavoie, président par intérim du Syndicat de l’enseignement de la région de la Mitis (SERM)

Photo : Radio-Canada

Le fait que le ministre n’a pas changé trop d’éléments de son plan annoncé en juin va nous aider, prévoit-il. Mais il estime lui aussi qu’il aurait fallu plus de temps aux enseignants pour se préparer.

On aurait aimé plus d'investissements pour les élèves en difficulté, ajoute-t-il.

Quant à la responsable des communications au Centre de services scolaires de l’Estuaire, Patricia Lavoie, elle fait preuve d’optimisme.

Patricia Lavoie, responsable des communications au Centre de services scolaires de l’Estuaire.

Patricia Lavoie, responsable des communications au Centre de services scolaires de l’Estuaire

Photo : Radio-Canada

L'annonce de juin nous avait permis de préparer le terrain, dit-elle. On a une grande confiance en nos équipes pour s’ajuster comme elles savent si bien le faire.

Elle compte aussi sur le fait que la rentrée s’était bien passée en mai. On a bon espoir que ça se déroule bien. On rencontre tous nos gestionnaires et la clé, c’est la capacité d’adaptation. On a l'habitude de se serrer les coudes et je pense que ça va bien se passer, juge-t-elle.

Avec les informations de Marie-Christine Rioux et Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !