•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un garçon de 5 ans sauvé de la noyade par des policiers du SPVG

De gauche à droite, l'agente Camélie Boisvenue, la porte-parole du SPVG Renée-Anne St-Amant et l'agent Nicolas Paradis.

L'agente Camélie Boisvenue, à gauche, et son collègue l'agent Nicolas Paradis sont rapidement intervenus. La porte-parole du SPVG, au centre, Renée-Anne St-Amant rappelle la prudence près des piscines.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Un garçon de cinq ans a été sauvé de la noyade dans une piscine résidentielle vers 14 h samedi grâce à l’intervention de deux agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

L’agente Camélie Boisvenue est arrivée sur les lieux de l’incident moins de deux minutes après avoir reçu l’appel. Dans la cour, un adulte avait déjà entamé les manœuvres de réanimation sur l’enfant qui était inconscient.

Quand je suis arrivée, il y avait un moment de panique. […] L’important, c’était que j’aille auprès de l’enfant et que je fasse les manoeuvres, raconte la policière.

Elle a pris la relève pour tenter de sauver le jeune garçon, qui présentait peu de signes de vie.

Dans une situation comme ça, le plus vite les manœuvres sont enclenchées, le mieux c’est, dit l’agente.

Son collègue, l’agent Nicolas Paradis, se trouvait lui aussi près des lieux et a porté assistance en tentant de dégager les voies respiratoires de l’enfant.

Après un certain moment, je me suis rendu compte qu’il commençait à revenir à la vie, qu'il commençait à reprendre conscience, explique le policier.

L’enfant était toujours à l’hôpital lundi matin, selon le SPVG, mais on ne craint plus pour sa vie.

De gauche à droite, l'agente Camélie Boisvenue, la porte-parole du SPVG Renée-Anne St-Amant et l'agent Nicolas Paradis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'agente Camélie Boisvenue, à gauche sur la photo, et son collègue l'agent Nicolas Paradis sont rapidement intervenus.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Ce n’est qu’une fois les événements terminés que les policiers ont constaté qu’ils avaient contribué à sauver le jeune garçon.

Une fois qu’on voit que l’enfant va mieux, l’émotion revient un peu plus et on prend conscience de l’impact qu’on a eu dans la vie de cet enfant-là et la vie de la famille, explique l’agente Boisvenue.

On est toujours content d’être là et d’être présent pour aider la population, aider un jeune garçon comme ça, ajoute son collègue.

Le SPVG a tenu à souligner le travail des deux agents. La porte-parole du service de police, Renée-Anne St-Amant, rappelle qu’il faut faire preuve de vigilance autour d’une piscine. Ça prend une fraction de seconde. C’est pourquoi on invite les gens à être doublement prudents et à vraiment surveiller constamment la piscine où des enfants se baignent.

Elle souligne l’importance de ne pas laisser d'objets flottants dans l’eau puisqu’ils peuvent faire perdre de vue les enfants. Elle suggère aussi d'apprendre les manœuvres de réanimation.

Avec les informations de Roxane Léouzon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !