•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le milieu scolaire saguenéen positif face aux nouvelles mesures pour la COVID-19

Le président du Syndicat de l'enseignement du Saguenay, Jean-François Boivin.

Le président du Syndicat de l'enseignement du Saguenay, Jean-François Boivin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Syndicat de l'enseignement du Saguenay accueille positivement les principales mesures annoncées par le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, en vue de la rentrée scolaire.

Le port du couvre-visage sera obligatoire pour tous les élèves à partir de la cinquième année ainsi que pour tous les employés des établissements scolaires. Les élèves ne seront pas tenus de le porter en classe.

Les groupes ne seront pas subdivisés, contrairement à ce qui avait été évoqué en juin. Les élèves vont rester en classe et ce sont les professeurs qui se déplaceront entre les différents locaux. Selon le président du Syndicat de l'enseignement du Saguenay, Jean-François Boivin, ce changement est positif.

Au niveau syndical et au niveau de la fédération, où on avait le plus de bémols, c’était au niveau du concept de bulle, explique-t-il. Des bulles de six élèves dans des classes, les bulles devraient être fermées, il faudrait éviter d’avoir des contacts. Si jamais, dans cette bulle de six élèves, il y avait deux élèves qui présentaient des problèmes ou des choses comme ça, on dirait que c’était quelque chose de difficilement réalisable. Le fait de reculer sur cette option-là, je pense que c’est quelque chose de positif.

Une rentrée plus tardive

Le syndicat aurait souhaité que la rentrée soit plus tardive afin de bien mettre sur pied les règles sanitaires à suivre.

Il y a eu une consultation. On a été consulté par le ministre au niveau de l’entrée scolaire cette année, au mois de mai l’année passée, ajoute Jean-François Boivin. Une des recommandations qu’on avait faites c’est d’avoir l'opportunité d’avoir plus de journées pédagogiques en début d’année pour justement se préparer en lien avec cette entrée-là qui risque de ne pas être coutumière. Donc, le ministre ne s’est pas ouvert là-dessus. Est-ce que le centre de service, ici, va être ouvert? On ne le sait pas, mais on aurait aimé ça avoir un réponse du ministre par rapport à ça.

Avec les informations de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !