•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Val-d’Or racontée par ses pionniers et pionnières

Centre-ville de Val-d'Or dans les années 30, avec des commerces et des voitures qui circulent.

La ville de Val-d'Or, en Abitibi, a été fondée le 15 août 1935.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 15 août 1935 marque la fondation de la municipalité de Val-d’Or, en Abitibi. Des témoignages recueillis dans des reportages de Radio-Canada nous font le récit de l’éclosion de cette ville minière, il y a 85 ans.

À quelque 300 milles de route de Montréal, après les Laurentides et le parc de La Vérendrye : Val-d'Or, porte d'entrée de l'Abitibi, ville des mines d'or, de cuivre, de zinc. La ville et sa banlieue comptent près de 20 000 âmes.

Georges Dor
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Femme d'aujourd'hui, 5 février 1970

« Il y a cinq ans, il n'y avait rien à faire ici, et maintenant il y en a trop! », déclare une Valdorienne à l’émission Femme d’aujourd’hui du 5 février 1970.

Cet extrait d’un long reportage intitulé Je vous écris de l’Abitibi et narré par l’auteur Georges Dor nous donne une idée de l’expansion rapide de la municipalité de Val-d’Or à partir de sa fondation en 1935.

Sur des images du centre-ville de Val-d’Or, des résidentes nous décrivent la vie qu’on y mène et leur implication dans les différentes organisations, souvent syndicales, de la ville.

« Peut-être que quand on est à l’extérieur, on pense que Val-d'Or c'est tout petit, que l’on part et que dans l'espace de cinq minutes on a tout vu, mais c’est tout le contraire », explique l’une des Valdoriennes interviewées par la journaliste Andrée Thibault.

En général, il faut que l'homme abitibien soit costaud pour tout simplement résister au pays. Ce n'est pas un pays pour des petites santés!

Une Valdorienne interviewée en 1970

« C'est assez intéressant, visiter la mine », confie une autre, « mais je ne veux pas aller sous la terre. »

La caméra de Femme d’aujourd’hui, elle, se rend jusque sous la terre.

Elle suit un ouvrier de la mine Lamaque de son réveil au petit matin jusqu’aux profondeurs de la mine, où il travaille la roche à l’aide d’une perche.

« Ses fils, dit-il, ne seront pas mineurs », souligne le narrateur Georges Dor.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Aujourd'hui, 25 novembre 1965

L’émission Aujourd’hui du 25 novembre 1965 recueille pour sa part le témoignage du curé Chagnon qui revient sur les débuts de la ville de Val-d’Or.

Quand il est arrivé dans la région en mission de colonisation, Val-d’Or n’était composée que d’une mine et de quatre bâtiments de bois vert.

Le curé Chagnon raconte la messe du matin qui se donnait à 6 h dans la cuisine et l’accueil plus que sympathique que recevait chaque nouveau venu qui s’établissait dans la ville.

En 40, c'était la guerre! Les priorités : le fer, le cuivre, tous les métaux de base trouveraient preneur à prix d'or. Et on le sait bien, on ne fait pas des canons avec de l'or.

Le journaliste Pierre Paquette

Le reportage nous laisse voir les maisons en bois rond qui rappellent la fondation de la ville, l’activité ouvrière qui y fourmille, mais aussi les nombreux sites de mines abandonnées.

Le journaliste Pierre Paquette évoque ainsi la précarité de l’économie de la ville, basée sur le secteur minier.

« La vie des mines est éphémère, mais il se fait de nouvelles découvertes », soutient en 1965 Monsieur Bérubé, un homme d’affaires de la région.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Reflets d'un pays, 15 août 1985

Le matin, vous passiez là et il y avait juste des souches. Vous passiez là le soir, et il y avait déjà des poteaux de posés. Parfois, il y avait même le premier plancher qui était déjà fait.

Le Valdorien Herby Goyette

À l’occasion du 50e anniversaire de la ville de Val-d’Or, l’émission Reflets du pays du 15 août 1985 nous offrait un portrait plus complet de son histoire.

Jean Robitaille, de la Société d’histoire de Val-d’Or, revient dans ce long reportage sur la progression de la ville marquée par la mission de colonisation, le développement minier, mais aussi par son isolement.

Jusqu’en 1940, Val-d’Or n’était pas directement reliée par la route à Montréal.

On ne pouvait se rendre à Val-d’Or que par avion, par bateau d’Amos ou à pied à travers le bois, nous relate Herby Goyette.

Val-d’Or, rappelle l’animatrice Marie Belcourt, a d’abord été une ville d’ouvriers, d’aventuriers et de prospecteurs.

En 1985, la ville de Val-d’Or est définie comme une ville de services, partagée entre les industries minière et forestière et un centre administratif pour les Cris.

Qu’en est-il en 2020, 85 ans après sa fondation?

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.