•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des employés du secteur public revendiquent un salaire qui reflète leur charge de travail

André Vaillancourt et Christine Prégent posent devant la camionette de l'APTS.

André Vaillancourt, président par intérim de l'APTS en Abitibi-Témiscamingue, et Christine Prégent, représentante nationale pour l’APTS.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Radio-Canada

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) effectue une tournée en Abitibi-Témiscamingue afin d’échanger sur les négociations concernant la convention collective, notamment les augmentations de salaire et la prime d‘éloignement.

Christine Prégent, représentante nationale pour l’APTS, estime que les travailleurs de l’Abitibi devraient obtenir la prime d’éloignement, comme ceux au Témiscamingue.

Notamment pour améliorer l’accessibilité à la formation, l’ajout à la localité pour la prime d’éloignement serait favorable pour la rétention du personnel ici, indique-t-elle. Ça nous semble un peu étrange, quand on y pense comme ça, mais l’Abitibi ne joue pas de cette prime d’éloignement.

Des personnes discutent sur la pelouse devant le CLSC avec des bannières de l'APTS.

Des membres de l'APTS se sont rassemblés devant le CLSC de Rouyn-Noranda lundi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Le président par intérim de l’APTS en Abitibi-Témiscamingue, André Vaillancourt, croit que la prime d’éloignement et l’augmentation salariale demandées viendraient compenser la surcharge de travail vécue par les employés

Là, on a eu une certaine reconnaissance, parce qu’il y avait une crise, il y avait la COVID, mais cette reconnaissance-là, on devrait l’avoir tous les jours. On est des travailleurs de la santé, on est les anges gardiens, semble-t-il, et bien, il faut qu’ils nous le démontrent, et nous rémunérer à notre juste valeur, affirme-t-il.

L’APTS demande aussi des augmentations salariales, soit de 12,4 % sur trois ans.

Le président pour l’exécutif local pour le personnel des laboratoires en Abitibi-Témiscamingue, Carl Verreault, souligne que les travailleurs qu’il représente ont besoin de davantage de ressources.

On veut que le gouvernement mette en place des moyens pour augmenter l'attraction et la rétention de personnel. On est grand manque de personnel. On a beaucoup de main-d’oeuvre indépendante qui travaille dans nos laboratoires en ce moment en Abitibi-Témiscamingue, rapporte-t-il.

Carl Verreault pose devant le rassemblement en face du CLSC.

Le président pour l’exécutif local pour le personnel des laboratoires en Abitibi-Témiscamingue, Carl Verreault.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

La tournée de l’APTS se dirigera demain dans la MRC d’Abitibi, puis mercredi dans la Vallée-de-l’Or. Les membres espèrent éventuellement rencontrer le premier ministre lorsqu’il sera dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !