•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chef de Pictou Landing salue le leadership de Stephen McNeil

Cinq jours après l'annonce surprise de la démission du premier ministre de la Nouvelle-Écosse, les réactions continuent d'affluer.

Une femme parle dans un micro.

La chef de la première nation de Pictou Landing, Andrea Paul, a témoigné sa reconnaissance sur Facebook (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chef de la Première Nation de Pictou Landing, Andrea Paul, a écrit sur les médias sociaux qu'elle serait éternellement reconnaissante envers Stephen McNeil pour son leadership.

Wela’liek, a-t-elle ajouté, ce qui signifie merci en langue mi'kmaq.

La Première Nation de Pictou Landing a milité durant de nombreuses années pour que la Northern Pulp, une usine qui déversait ses eaux usées dans le port de la communauté, cesse ses activités. Une loi provinciale précisait que la papetière devait arrêter de traiter ses effluents à Boat Harbour avant le 31 janvier 2020.

Le gouvernement libéral de Stephen McNeil s’était engagé à mettre fin à cette pollution et à assainir l'estuaire de Boat Harbour, site le plus contaminé de la province. Pour ce faire, il avait adopté en 2015 une loi ordonnant à l’entreprise de construire une centrale plus moderne de traitement de ses effluents avant janvier 2020.

Des manifestants en bateau devant la papetière Northern Pulp, le 6 juillet 2018.

Des manifestants en bateau devant la papetière Northern Pulp, lors d'une manifestation qui a eu lieu le 6 juillet 2018.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Plus tôt cette année, M. McNeil a annoncé que son gouvernement ne prolongerait pas la date limite du 31 janvier pour mettre fin au déversement.

L'usine a alors fermé, malgré de multiples demandes de sursis pour la construction d'une nouvelle centrale, entraînant la perte de plusieurs centaines d'emplois.

De nombreux travailleurs ont critiqué le gouvernement McNeil pour sa décision, qui a été l’une des plus difficiles qu'il ait eu à prendre.

Le premier ministre Stephen McNeil a annoncé le 6 août dernier qu'il allait bientôt démissionner. Il a dit avoir pris sa décision avant l’arrivée du coronavirus et l’avoir suspendue entre-temps.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !