•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel espace pour la communauté LGBTQ à Fredericton

La façade de la boîte de nuit Boom avec une affiche dans la porte comportant l'inscription "espace à louer" en anglais.

Le Boom! a dû fermé ses portes en raison des pertes financières occasionnées par la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Sarah Morin

Radio-Canada

La communauté LGBTQ de Fredericton aura bientôt un nouvel endroit où se rassembler après que la fermeture de la boîte de nuit Boom! a été annoncée il y a un peu plus d’un mois.

Diane Wilson, également connue sous le nom de Queer Mama par la communauté LGBTQ de Fredericton, était une habituée du Boom!. Elle a décidé de louer l'espace lorsqu'elle a appris la fermeture de la boîte de nuit à la fin du mois de juin.

C'était l'endroit où je pouvais aller et où je pouvais être qui j'étais, et où tout le monde m'acceptait, confie Mme Wilson, ajoutant que ce n’est pas tout le monde qui a la chance, comme elle, d’être entouré d’un mari et d’enfants aimants.

Si cet espace est important pour moi, à quel point était-il pour quelqu'un dont la famille ne le soutient pas? s’interroge la nouvelle occupante des lieux.

La boîte de nuit Boom! a été un élément essentiel de la communauté LGBTQ pendant 15 ans, mais elle a dû fermer définitivement ses portes en raison des pertes financières causées par la COVID-19.

Diane Wilson est une alliée de la communauté LGBTQ depuis des années et a aidé à organiser un défilé de la fierté gaie à Fredericton.

J'ai besoin que tout le monde ait un chez-soi, et un chez-soi n'est pas nécessairement l'endroit où l'on vit. Un chez-soi est l'endroit où l'on peut être soi-même, explique Mme Wilson.

Photo de Diane Wilson.

Diane Wilson, également connue sous le nom de "Queer Mama" par la communauté LGBTQ de Fredericton, était une habituée du Boom! avant sa fermeture.

Photo : Gracieuseté de Diane Wilson

Elle a décidé de louer l’ancien local du Boom! pour 3700 $ par mois afin d'en faire un nouvel espace pour la communauté. Cet espace sera appelé Monarch, car ce sera un lieu de renaissance et de découverte de soi, précise-t-elle.

Centre communautaire le jour, bar le soir

La militante rapporte que la communauté LGBTQ de Fredericton désirait aussi avoir un espace sans alcool où ils pourraient se rendre pendant la journée. Ainsi, il ne sera possible d’acheter de l’alcool que le soir.

La nouvelle tenancière admet que le centre communautaire représente plus de travail pour elle, mais elle croit que le jeu en vaut la chandelle. Il est important que les jeunes de la communauté aient aussi un endroit sûr où aller, affirme-t-elle.

Le centre communautaire proposera des cours tels que Drag 101, où les gens pourront apprendre à se maquiller pour les spectacles de drag, et des cours d'éducation sexuelle. Le Monarch organisera également des soirées dansantes pour tous les âges et des événements So You Think You Can Drag.

Pour l'instant, l’établissement se transformera en bar de style lounge le soir venu. Une fois les restrictions en lien avec la COVID-19 levées, le Monarch sera plutôt une boîte de nuit après le coucher du soleil.

J'ai vraiment hâte d'ouvrir l'espace et de voir les gens passer la porte et se sentir accueillis et aimés

Diane Wilson, propriétaire du Monarch

Le personnel du Monarch sera formé pour être en mesure de porter assistance aux clients en matière de santé mentale et devra suivre une formation sur les safe spaces (ou espaces sûrs en français) dispensée par le Centre 203 pour la diversité sexuelle et des genres de l'Université du Nouveau-Brunswick.

Je veux que mon personnel soit le mieux formé de Fredericton, afin que lorsque les gens viennent dans notre espace, ils sachent que tous ceux qui y travaillent sont formés pour les aider de la manière dont ils en ont besoin, déclare Diane Wilson.

Mme Wilson espère ouvrir le Monarch le 1er octobre, mais il est possible que les travaux de rénovation retardent l’ouverture.

Avec les informations de Sarah Morin, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !