•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un robot « anti-COVID » pour nettoyer les espaces à bureaux du Québec

Le robot dans le milieu d'une allée de classe.

Le robot utilise les rayons ultraviolets pour éliminer les germes et les agents pathogènes dans l'air.

Photo : Courtoisie / Brouillard Communication

Un robot capable d’éliminer avec efficacité les champignons, bactéries et virus comme le SARS-CoV-2 est désormais utilisé pour nettoyer des espaces commerciaux et des tours à bureaux au Québec.

Grâce à une technologie qui utilise les rayons ultraviolets et le système de filtration interne HEPA, le robot repère ces indésirables et désinfecte tout ce qui se trouve dans la pièce.

Tout l’air ambiant dans la pièce est aspiré par le robot, filtré et redistribué, explique Roger Vigneault, directeur des opérations de l’entreprise Qualinet, qui a fait l’acquisition du robot.

L'entreprise a officiellement dévoilé le robot mardi. Le coût du premier robot et le déploiement des services qui l'accompagnent sont évalués à 100 000 $.

Photo du modèle du robot.

Grâce à une technologie qui utilise les rayons ultraviolets et le système de filtration interne HEPA, le robot repère ces indésirables et désinfecte tout ce qui se trouve dans la pièce.

Photo : Courtoisie / Brouillard Communication

La COVID-19 mise en échec

Selon M. Vigneault, il est démontré scientifiquement que ce robot rend inactif tout micro-organisme. Même un virus tenace comme le SARS-CoV-2 qui cause la COVID-19 n’y peut rien. Ce robot est déjà utilisé, entre autres, pour stériliser des salles d’opération dans les hôpitaux.

Ça fait plus de 40 ans que (cette technologie) est utilisée pour faire de la désinfection de l’eau, de l’air, des produits pharmaceutiques contre une grande variété de pathogènes humains. Son efficacité a été démontrée à travers de nombreuses études scientifiques, a précisé M. Vigneault lundi matin à l’émission Première heure.

La grosse qualité de ce robot-là, c’est qu’on peut le programmer avec un plan pour qu’il soit autonome. Il a une capacité de se déplacer sans possibilité de contacts. S’il rencontre des objets, il a des capteurs qui font qu’il va le contourner, tout simplement.

Roger Vigneault, directeur des opérations de l’entreprise Qualinet

L’humain fera toujours le ménage

L’intervention humaine demeure nécessaire pour frotter les surfaces et épousseter, convient M. Vigneault. Mieux vaut encore désinfecter soi-même une poignée de porte, par exemple, même si ce robot va s'occuper de l'ensemble de la pièce.

C’est une combinaison des deux. Ça ne remplacera pas la désinfection manuelle, mais ça va venir compléter pour maximiser le travail, souligne M. Vigneault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !