•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le patron de presse et activiste Jimmy Lai arrêté à Hong Kong

Gros plan sur le visage de l'homme qui a une larme au coin de l’œil.

Le patron de presse hongkongais et activiste prodémocratie Jimmy Lai lors d'une entrevue sur la la loi de sécurité nationale, le 29 mai 2020.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Reuters

Le patron de presse hongkongais et activiste prodémocratie Jimmy Lai a été arrêté pour des soupçons de collusion avec des puissances étrangères dans le cadre de la nouvelle loi de sécurité nationale, a dit lundi son conseiller, Mark Simon, dirigeant du groupe de presse Next Digital détenu par Lai.

Il s'agit de la personnalité la plus éminente arrêtée par la police de la région administrative spéciale chinoise depuis que Pékin y a imposé fin juin une nouvelle loi de sécurité nationale.

Cette loi, critiquée par des gouvernements occidentaux, vise selon la Chine à punir la subversion, le terrorisme, le séparatisme et la collusion avec des forces étrangères, des crimes passibles d'une peine de prison à perpétuité.

Les activistes prodémocratie voient dans cette loi une répression des libertés dans l'ancienne colonie britannique, tandis que les partisans du texte le jugent essentiel pour ramener la stabilité dans le territoire après les manifestations parfois violentes de l'an dernier.

Jimmy Lai, fervent critique de Pékin, a été arrêté pour l'heure pour collusion avec des puissances étrangères, a annoncé Mark Simon sur Twitter. Aucun commentaire n'a été effectué dans l'immédiat par la police.

Selon le tabloïd local Apple Daily, que publie le groupe Next Digital, Jimmy Lai a été arrêté à son domicile lundi matin, de même que l'un de ses fils.

La police de Hong Kong a déclaré avoir arrêté sept personnes soupçonnées d'avoir enfreint la loi de sécurité nationale, mais n'a pas révélé leur identité.

Jimmy Lai avait déjà été écroué cette année pour rassemblement illégal, en rapport avec les manifestations antigouvernementales de l'an dernier.

Les autorités hongkongaises avaient déjà arrêté 15 personnes dans le cadre de la nouvelle loi sécuritaire, dont des adolescents en raison de publications sur les réseaux sociaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !