•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campeurs délinquants : le message semble avoir été entendu à Gaspé

Des tentes et des véhicules sont installés sur une plage.

Le directeur exécutif de Destination Gaspé, Stéphane Ste-Croix, considère que la clientèle qui continue de fréquenter les berges est plus respectueuse.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Les efforts de sensibilisation et la présence policière accrue semblent avoir permis d’améliorer la situation sur les plages de Gaspé. Des campeurs continuent de s’y installer, mais depuis la fin des vacances de la construction, ils sont moins nombreux et pour la plupart, plus soucieux de l’environnement.

D’après le directeur de Destination Gaspé, Stéphane Ste-Croix, la situation est sous contrôle depuis une dizaine de jours sur les plages de la ville. Au cours des semaines précédentes, plusieurs sites ont été malmenés par des visiteurs qui y laissaient de nombreuses traces de leur passage.

La récurrence et le volume ont beaucoup diminué et la clientèle a changé, dit-il. Il y a moins de comportements délinquants et plus de respect des us et coutumes locales au niveau des pratiques.

Deux tentes et deux personnes installées sur une plage.

La situation liée au camping sauvage s'est améliorée dans les derniers jours à Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Sur la plage de Douglastown, les campeurs rencontrés dimanche sont conscients que certains de leurs prédécesseurs ont eu des comportements nuisibles à cet écosystème fragile, ainsi qu'aux habitants du secteur.

Le but, ce n’était vraiment pas de répéter ce qu’on a pu voir sur les réseaux sociaux , souligne Franz Guay, un touriste venu de Montréal.

On veut laisser le moins de traces possible, assure Roland Galibois, de Victoriaville. Je suis grand-père et on veut penser à nos petits-enfants qui vont venir ici aussi.

Deux bacs de bois dans lesquels se trouvent des poubelles sur le bord d'une plage.

Des poubelles sont désormais accessibles sur le site grâce à une initiative citoyenne.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Louis Thibeault, un résident de Douglastown, remarque que la plage est plus propre et que les campeurs sont plus tranquilles depuis quelques jours. Ça s’améliore parce que la police nous aide beaucoup, dit-il. Ils passent trois, quatre fois par jour. Ils essaient de garder le contrôle.

Avec d’autres bénévoles, M. Thibeault a participé au nettoyage de la plage dans les dernières semaines.

Il note que les campeurs sont présents chaque été à Douglastown, mais que cette année, c’était pas mal exorbitant .

Pour éviter que les débordements du mois dernier ne se répètent en 2021, Destination Gaspé souhaite trouver des solutions à long terme.

Dans les prochaines semaines, les prochains mois, on va s’asseoir avec le milieu et discuter d’orientation et de vision pour ces lieux-là, qui sont importants pour les Gaspésiens en termes de culture, d’appartenance, de mode de vie, mais qui sont aussi fondamentales pour l’offre touristique, indique Stéphane Ste-Croix.

Un homme sourit pour la caméra.

Stéphane Ste-Croix est directeur de Destination Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le directeur de Destination Gaspé croit aussi qu’il faut s'attarder aux réseaux sociaux et aux applications répertoriant des sites de camping gratuits.

Dans l’univers des technologies de l’information, les usagers discutent entre eux, échangent de l’information et ces lieux-là sont connus, indique Stéphane Ste-Croix. Il y aura un effort à faire à ce niveau, pour sensibiliser les gestionnaires de ces plateformes aux effets néfastes d’un trop grand volume.

Il indique par ailleurs que des discussions sont déjà en cours avec les gouvernements, dans le but de mieux encadrer et de réglementer le camping sauvage.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !