•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marche pour la reconnaissance des peuples autochtones à Sherbrooke

Plusieurs autocthones et non-autochtones sont rassemblés.

Des Sherbrookois participent à la Marche pour la reconnaissance des peuples autochtones.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Radio-Canada

Des dizaines d’autochtones et de non-autochtones marchent côte à côte autour du lac des Nations de Sherbrooke, dimanche après-midi.

L’événement est organisé à l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones.

L'instigatrice, Shanawei Tahnie Parent explique que c'est le mouvement Black Lives matter qui lui a donné envie de passer à l'action.

On s’est mobilisés beaucoup contre le racisme dernièrement, mais j’ai vu sur mes réseaux sociaux des gens qui dénoncent que ça ne se ferait jamais pour nos autochtones et j’ai senti l’appel.

Shanawei Tahnie Parent, organisatrice de la Marche pour la reconnaissance des peuples autochtones


L’organisatrice qui n’est pas membre d’une communauté autochtone affirme effectuer cette démarche en toute humilité. Elle souhaite créer des liens entre les communautés.

L'organisatrice tient une pancarte à l'effigie de la marche.

Shanawei Tahnie Parent et sa fille sont rassemblés avec les participants à la marche.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Ça dit : nous, les allochtones, on a envie de vous rencontrer. C’est pas juste à nos ministres d’avoir cette initiative-là, souligne-t-elle.

Elle estime que l’événement appelle à la curiosité et à l’écoute afin de découvrir les cultures autochtones du Québec.

Le responsable du développement culturel de la communauté malécite de Viger, Pierre Morin, souligne qu’il est heureux de participer à l’événement.

C’est une journée de solidarité envers nous et on trouvait ça important d’être là.

Pierre Morin, responsable du développement culturel de la communauté malécite de Viger

Des représentants du Comité Kassiwi de l’Université de Sherbrooke étaient aussi de l’événement. Les membres de ce comité qui oeuvrent pour favoriser l’intégration des étudiants autochtones à la vie universitaire ont tenu à saluer l’initiative des organisateurs de la marche.


C’est une initiative allochtone qu’on ne voit pas souvent. Nous on veut sensibiliser tout le monde. On trouvait que c’était un bel événement pour rallier à la cause, indique Audrey Poirier, du Comité Kassiwi.

Au terme de la marche, les participants auront l’occasion de discuter afin de tisser des liens, espère l’organisatrice. Avec

les informations de Fanny Lachance-Paquette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !