•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième manifestation devant le consulat du Liban à Montréal

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des manifestants réunis devant le consulat du Liban entourés de policiers

Le reportage de Jacaudrey Charbonneau

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

Une seconde manifestation est organisée devant le consulat général du Liban à Montréal dimanche afin que la diaspora puisse exprimer son rejet du régime politique libanais, à la suite des explosions qui ont détruit une partie de Beyrouth, mardi.

Plus d’une soixantaine de personnes sont présentes.

Une autre manifestation, elle aussi organisée par le groupe Diaspora unie, a eu lieu vendredi en présence de près de 200 personnes.

Diaspora unie milite contre le régime politique libanais actuel, qu'il accuse de corruption et de négligence.

La foule de manifestants à l'entrée du consulat du Liban à Montréal

Les manifestants réclament l’expulsion de plusieurs diplomates libanais, qu’ils considèrent comme illégitimes.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Le groupe somme le gouvernement canadien de cesser de reconnaître le gouvernement libanais comme un gouvernement légitime.

Il réclame également l’expulsion du Canada de l’ambassadeur du Liban à Ottawa et du consul général à Montréal, qu’il considère comme illégitimes, car nommés par le régime, responsable, dit-il, de crimes contre l’humanité à l’encontre du peuple libanais.

Chaque jour que les Libanais passent sous ce gouvernement est un jour de danger et de peur, soutient Ghadi El Koreh, l’un des organisateurs de la manifestation.

Diaspora unie demande aussi à Ottawa de soutenir les appels croissants au Liban pour former un groupe d’experts indépendants afin d’élucider les circonstances entourant l’explosion de Beyrouth.

M. El Koreh considère que l’annonce du gouvernement canadien d’envoyer de l’aide aux ONG libanaises et non pas au gouvernement est un très bon début, mais réclame une action beaucoup plus ferme.

Les dons de denrées non périssables, peu efficaces?

Par ailleurs, un élan de solidarité spontané pour venir en aide aux victimes des explosions semble porter fruit à Montréal. La jeune Ayla Maria Tamer et sa mère Noelle Lahlouh ont ainsi rallié des dizaines de bénévoles depuis les derniers jours pour recueillir des dons de vêtements et de denrées non périssables.

On espère les envoyer [les biens] par avion, parce que c’est plus efficace. Notre dernière ressource, c’est par bateau, explique Noelle Lahlouh.

Mais selon un expert, les dons de denrées ou de vêtements risquent de ne pas être aussi efficaces que les dons en argent. D’une part, parce que ce qui est recueilli ne correspond pas nécessairement aux besoins sur le terrain, et d’autre part parce que le transport vers le Liban sera trop long, explique François Audet, fondateur-directeur de l’Observatoire canadien sur les crises humanitaires.

Il cite en exemple le tsunami de 2004 en Indonésie et le séisme de 2010 en Haïti où des dons étaient demeurés dans des conteneurs sans jamais être distribués.

La Croix-Rouge canadienne explique que la coordination des dons en argent est beaucoup plus facile, puisque l’argent peut être transféré directement à la Croix-Rouge au Liban.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !