•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation inusitée à Burnaby contre le projet de Trans Mountain

Le Dr Tim Takaro sur une plateforme dans un arbre avec une bannière où l'on peut lire Stop TMX.

Le Dr Tim Takaro campe à la cime des arbres depuis près d'une semaine pour retarder les travaux.

Photo : Jef Bradshaw

Des opposants au projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain manifestent samedi dans la zone de conservation de la rivière Brunette, à Burnaby, en Colombie-Britannique. Un des manifestants, le Dr Tim Takaro, campe dans la cime des arbres pour retarder les travaux du projet controversé.

Je suis suspendu entre deux arbres à environ 20 mètres au-dessus du sol, dit le Dr Tim Takaro d’une voix calme au téléphone. Beaucoup de gens font la file pour me remplacer, donc je ne devrais pas être ici trop longtemps [...] c’est dur de faire de l’exercice ici, vous savez, plaisante-t-il.

Le Dr Takaro est en poste depuis six jours afin d’empêcher les équipes de Trans Mountain de couper des arbres dans la zone. Ces arbres doivent être abattus dans une fenêtre d'un mois et demi d’ici le 15 septembre, selon des documents fournis à la Régie de l’énergie du Canada (Nouvelle fenêtre).

Notre objectif est de garder ces arbres debout jusqu'à la fin de cette période, car si nous réussissons, [Trans Mountain] sera retardé d'une année complète, explique Alexandra Woodsworth, la directrice de campagne pour Dogwood, l’un des organismes derrière l’initiative (Nouvelle fenêtre).

Toute la journée samedi, de petits groupes visitent le campement du Dr Takaro et la forêt environnante. Plus de 200 personnes se sont inscrites pour suivre ces visites guidées au courant de la journée, dit Alexandra Woodsworth.

La région abrite un écosystème complexe comprenant de nombreuses espèces rares et est vitale pour la migration de nombreuses espèces d'oiseaux, peut-on lire sur le site web de la Ville de Burnaby (Nouvelle fenêtre).

L’opposition continue

Pour l’instant, les travailleurs de Trans Mountain n’ont montré aucun signe de vie. Les policiers non plus. Tout est très paisible, se réjouit Mme Woodsworth.

Je m’attends à me faire arrêter, mais je crois que la compagnie a une stratégie différente, dit le Dr Takaro. Ils ont dit qu'ils allaient commencer à couper le 1er août, donc nous les avons retardés déjà plus d'une semaine, et il n'y a vraiment aucun signe d'eux.

Ni Trans Mountain, ni le gouvernement fédéral n'avaient été en mesure de répondre aux demandes d'entrevue de Radio-Canada avant la publication de cet article.

Carte montrant le tracé entre Edmonton et Burnaby

Tracé du projet d'expansion de l'oléoduc TransMountain

Photo : Radio-Canada

Ottawa a approuvé le projet l’an dernier. La Cour suprême du Canada a depuis débouté les protestataires en refusant d’entendre un appel de la Cour fédérale, qui avait confirmé que le projet pouvait aller de l’avant.

Qu’à cela ne tienne, les opposants au projet n’ont pas dit leur dernier mot. Nous pouvons nous attendre à voir plus de protestations et plus de résistance, affirme Alexandra Woodsworth.

Je pense qu'il est tout à fait clair que le premier ministre n'a pas le mandat social pour construire ce pipeline, renchérit le Dr Takaro.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !