•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à Edmonton pour demander la réunification des familles

Une dame voilée avec un masque.

Des manifestations similaires se déroulaient à Montréal, Ottawa, Toronto et Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une dizaine de personnes ont manifesté, samedi, devant les bureaux d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada à Edmonton pour demander la réunification des familles. Ces Canadiens et résidents permanents en instance de parrainage veulent qu'Ottawa accorde des visas temporaires à leurs conjoints vivant à l'étranger dont le processus s’est vue retarder en raison de la pandémie de COVID-19.

Les manifestants dénoncent principalement les délais de traitement des demandes de parrainage familial par le gouvernement fédéral.

L’organisatrice de la manifestation et membre du groupe Facebook Canada Spousal Sponsorship Applicants Affected by COVID-19, Allysia Haiste, dit avoir commencer le processus de parrainage de son mari il y a de cela 19 mois, quand il ne devait durer que 12 mois, selon elle.

Mon mari devait arriver en janvier ou février, au plus tard. Quand la COVID-19 a frappé en mars, nous avons compris que notre attente ne prendrait pas fin.

Allysia Haiste, organisatrice de la manifestation
Une pancarte avec l'inscription stop separating families.

Les gens étaient vêtus de rouge pour symboliser l’amour.

Photo : Radio-Canada

Comme elle, des milliers d'autres personnes se retrouvent dans cette situation. Des manifestations similaires ont d'ailleurs eu lieu à Montréal, Ottawa, Toronto et Vancouver, samedi.

Elle ajoute que plus de 40 000 lettres ont été envoyées à cet effet au Cabinet de Justin Trudeau et du ministre fédéral de l'Immigration, Marco Mendicino, sans succès.

Nous demandons au gouvernement de prioriser les demandes de parrainage des familles. Nous voulons que nos requêtes soient traitées rapidement, car plusieurs d’entre elles ont été mises sur la glace depuis le depuis de la pandémie.

Nous demandons aussi au gouvernement de créer un visa temporaire spécial pour les membres de la famille afin qu’ils puissent venir au Canada.

Allysia Haiste, organisatrice de la manifestation

Un des manifestants, Vishal Ghai, a lancé un message à Justin Trudeau et au ministre Marco Mendicino : vous avez la chance d’avoir votre famille à la maison. Pensez à nous, essayez d’être à notre place, regardez ce que nous traversons, acceptez notre requête et si vous ne pouvez pas le faire, accélérez au moins le processus.

Vishal Ghai tente de faire venir sa femme au Canada depuis leur mariage, en 2017. C’est dur à expliquer. J’ai fait tellement de fausses promesses à une femme, qui est à des milliers de kilomètres d’ici, raconte-t-il. C'est une question de droits de la personne.

Si vous ne pouvez pas faire quelque chose, ayez au moins la décence de répondre pour informer les Canadiens sur ce qui se passe.

Vishal Ghai, manifestant

Si la pandémie de COVID-19 rend la situation plus complexe, Allysia Haiste et Vishal Ghai expliquent les problèmes de délai de traitement existaient bien avant la pandémie.

En entrevue à ICI RDI, l’avocate en droit de l’immigration Chantal Ianniciello a déclaré que les demandes des manifestants sont tout à fait valables et réalistes. Selon elle, il n’y a aucune raison pour que le gouvernement fédéral n’accède pas à ses requêtes.

Les personnes qui viennent ici comme visiteurs temporaires doivent de toute façon prouver qu’elles n’ont pas de dossier criminel et répondre aux critères demandés par notre loi sur l’immigration. Alors, pourquoi ne pas les laisser entrer, faire en sorte que le couple soit réuni, et on finalise la demande pendant ce temps-là, a-t-elle dit.

En réponse à ces manifestations, le ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté a assuré s'appuyer sur les conseils de la santé publique pour trouver des moyens novateurs et compatissants de réunir les familles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !