•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être apprenti jardinier... à 89 ans!

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Debout dans un potager, un homme de 89 ans porte des lunettes fumées et brandit une large courgette.

Arthur Dugas.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Avec la pandémie, les jardiniers amateurs sont plus nombreux dans le jardin communautaire de Caraquet. Arthur Dugas est la preuve vivante qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre, puisqu’il s’est mis à jardiner à 89 ans.

L’octogénaire - presque nonagénaire - s’est mis à jardiner cette année.

Oui, c'est la première fois. Puis encore, c'est mon frère qui l'a fait pour moi. L'année prochaine par exemple, là m'a en faire un à la grandeur. C'est une expérience cette année, déclare M. Dugas.

Il ajoute que la pandémie a contribué à faire germer cette passion.

Debout dans un potager, un homme de 89 ans portant des lunettes fumées et une casquette sourit en brandissant une large courgette.

À 89 ans, Arthur Dugas s'est mis au jardinage... et il envisage déjà la saison prochaine.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Donat Lacroix, celui qui a créé cet espace de jardins communautaires il y a huit ans, remarque que mis à part l’âge, le cas de M. Dugas n’est pas isolé : il y a plusieurs nouveaux jardiniers cette année.

L'année passée il y en avait quelques-uns qui n'étaient pas pris, mentionne-t-il. Mais cette année, tous les jardins sont pris.

Une affiche indique l'entrée du Jardin communautaire de Caraquet, jumelée à une affiche indiquant le respect des consignes de distanciation sociale.

Le Jardin communautaire de Caraquet connaît une popularité grandissante cette année.

Photo : Radio-Canada

Selon M. Lacroix, les temps sont propices à réfléchir à notre rapport avec la nourriture et la terre.

Les gens sont plus conscients. Tu sais, on a tourné le dos à la terre. Mais la terre nous a tourné le dos aussi, explique le fondateur.

Et lorsqu’il récolte ses légumes, Arthur Dugas a un peu l’impression qu’il apporte aussi sa contribution.

J'ai réalisé cette année que tout le monde devrait en faire. En fin de compte, ce n'est pas tellement de misère. Il s'agit juste de placer une couple d'heure de temps en temps, raconte le nouvel apprenti jardinier.

D'après le reportage d’Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !