•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une brasserie albertaine s’excuse d’avoir nommé une bière « poil pubien » en langue maorie

Des cannettes de bière portant l'inscription Huruhuru.

Le fondateur Hell's Basement Brewery s'excuse du choix du mot et dit avoir recherché la traduction de plume dans un dictionnaire.

Photo : Hell's Basement Brewery

Radio-Canada

La brasserie Hell's Basement Brewery a fait face à de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux après avoir appelé une bière Huruhuru (the Feather), alors que ce mot en te reo, la langue maorie, évoque un poil pubien.

La bière a été lancée sur le marché il y a deux ans, mais c’est cette semaine que Te Hamua Nikora, qui est maori, s’est saisi de Facebook pour expliquer la signification du mot Huruhuru.

Il a interpellé la brasserie albertaine ainsi qu’un commerce néo-zélandais pour avoir eu recours à ce mot.

Quelle est la première chose à laquelle pensent les Maoris quand ils entendent le mot Huruhuru? interroge-t-il dans la vidéo qu’il a postée.

Il précise avoir été interpellé il y a quelques jours par l’usage de ce mot comme nom d’enseigne pour un commerce néo-zélandais. Après avoir interrogé les propriétaires, ces derniers lui ont expliqué avoir recherché la traduction dans un dictionnaire pour le mot plume.

Quand des Maoris voient le nom de votre magasin, ils ne voient pas le mot plume, mais poil pubien, explique-t-il dans sa vidéo.

Cette publication a trouvé écho en Alberta ou des internautes ont fait le rapprochement avec la bière de la brasserie Hell's Basement Brewery.

Te Hamua Nikora ajoute que si certains y voient une forme d'appréciation de la culture maorie, il s’agit pour lui d’appropriation culturelle.

Arrêtez ça. Utilisez votre propre langue , demande-t-il.

Un nouveau nom de bière à trouver

Le fondateur et directeur général de la brasserie albertaine Mike Patriquin a indiqué dans un courriel que son entreprise n’avait pas l’intention d’offenser qui que ce soit et qu’elle respecte toute forme de culture.

L’interprétation voulue était le mot plume, signifiant que la bière est légère comme une plume comme c’est indiqué dans le nom, précise le fondateur.

Il reconnaît toutefois ne pas avoir pris en compte la signification de l’usage courant du mot.

Une consultation avec un représentant maori aurait été une meilleure référence qu’un dictionnaire en ligne, remarque Mike Patriquin.

Il précise vouloir clarifier que les intentions n’étaient pas de porter atteinte, de s’approprier ou d’offenser la culture maorie et son peuple sous quelque forme que ce soit, et nous présentons nos excuses à ceux qui se sont sentis offensés.

Il conclut en indiquant que la brasserie va prendre le temps de renommer son produit et tâchera de faire mieux à l’avenir.

Avec des informations de Rhiannon Johnson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !