•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les épiciers du marché By se sentent oubliés par la Ville au profit des terrasses

La terrasse du Heart and Crown est clôturée.

Les restaurants du marché By d'Ottawa se sont adaptés aux mesures entourant la COVID-19 (archives).

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Congestion, manque de stationnement et signalisation : les effets de certaines mesures déployées par la Ville d’Ottawa pour aider les bars et les restaurants déplaisent à des épiciers du marché By. Ceux-ci estiment qu'elles découragent leurs clients de venir faire leurs courses en voiture.

C’est ce que croit entre autres Isaac Farbiasz, le copropriétaire du ByWard Fruit Market. La décision de la Ville de permettre aux terrasses d’empiéter sur les espaces de stationnement explique la mauvaise tournure des choses pour lui dans les dernières semaines.

M. Farbiasz relate que les ventes de nourriture étaient bonnes au plus fort de la pandémie, alors que les entreprises se tournaient vers les livraisons et le ramassage des commandes en bordure de la rue.

 Isaac Farbiasz pose pour la caméra devant son commerce du marché By.

Isaac Farbiasz estime que ses ventes ont chuté de 25 % en raison des terrasses et de la nouvelle configuration du marché By.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Plusieurs commerçants du secteur avaient même décidé de se coordonner dans leurs livraisons pour permettre aux clients de commander à la fois du fromage, des légumes, des fruits et de la viande dans la même commande.

C’était fou. Nous étions tous très occupés et stressés.

Isaac Farbiasz, copropriétaire du ByWard Fruit Market

Les choses ont cependant ralenti de façon marquée en juillet. Selon M. Farbiasz, les ventes ont dégringolé de 25 % comparativement à la même date l’année précédente.

Pas possible de se stationner, pas possible de conduire

La Ville d’Ottawa a procédé le 16 juillet dernier à plusieurs fermetures de rues dans le marché. Ces dispositions ont engendré trafic et confusion, souligne M. Farbiasz. Ça a complètement bousillé la circulation. Les clients nous disent : on ne vient plus ici, pas possible de se stationner, pas possible de conduire, relate l’épicier.

Si plusieurs clients peuvent faire leurs courses à pied, ce n’est pas possible pour tout le monde de transporter des provisions sur plusieurs coins de rue jusqu’à leur voiture. La boucherie familiale Saslove’s a elle aussi vu son chiffre d’affaires fondre de 25 %, constate son propriétaire John Diener.

Il aimerait que l’administration municipale fasse davantage la promotion des places dans les stationnements intérieurs du quartier qui restent vides alors que les rues avoisinantes sont complètement engorgées. Il y a un stationnement intérieur de plusieurs étages à quelques pas de notre porte. Il y a beaucoup de places, mais les gens ne les voient pas nécessairement, lance-t-il.

John Diener pose pour la caméra derrière un comptoir de viandes.

John Diener est le propriétaire de la dernière boucherie du marché By.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

M. Diener aimerait également que ces places soient gratuites dans le marché By, un peu comme lors des travaux sur la rue Elgin, période durant laquelle les automobilistes pouvaient se garer sans frais à l’hôtel de ville les soirs et les fins de semaine.

La Ville pourrait aussi permettre le stationnement dans la rue jusqu’à 16 h pour ensuite convertir ces espaces en terrasses, note le boucher.

Une période d’ajustement

Laila Gibbons, la directrice du service des routes et du stationnement de la Ville, affirme qu’il est possible de convertir des places de stationnement en espace pour les terrasses depuis 2017. Elle fait aussi valoir qu’il y a une période naturelle d’ajustement pour les automobilistes quand les consignes de circulation changent.

Cependant, la Ville a installé des panneaux pour guider les conducteurs, rappelle Mme Gibbons. L’administration municipale n’a pas l’intention de rendre les stationnements intérieurs gratuits, mais elle en fait la promotion sur les réseaux sociaux et avec de l’affichage dans le marché. Selon Mme Gibbons, les deux stationnements intérieurs fonctionnent à 50 % de leur capacité.

Je comprends la nécessité du plan pour les terrasses. Les restaurants et les bars en ont vraiment arraché pendant trois mois. Il fallait leur venir en aide, concède M. Diener. Mais malheureusement, tout ça a eu un impact sur les commerçants actifs durant la journée, déplore-t-il. Je pense qu’ils ont oublié que les commerçants, et surtout ceux qui vendent de la nourriture, sont à l’origine de la création du marché By.

Les fermetures de rues devraient rester en vigueur jusqu’à la fin du mois de septembre.

Avec les informations de Laura Glowacki

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !