•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle-Zélande : Jacinda Ardern lance sa campagne

Jacinda Ardern, première ministre de Nouvelle-Zélande

La première ministre de la Nouvelle-Zélande a lancé sa campagne électorale pour l'élection législative qui aura lieu en septembre.

Photo : Reuters

Agence France-Presse

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, très populaire grâce au succès de sa réponse à la pandémie de coronavirus, a lancé samedi la campagne de son parti travailliste pour les élections législatives du 19 septembre, qu'elle a qualifiées de « scrutin COVID ».

Quand les gens demandent s'il s'agit d'un scrutin COVID, ma réponse est "oui, c'est bien ça", a déclaré la dirigeante charismatique, âgée de 40 ans, en démarrant sa campagne avec un engagement de consacrer 311 millions de dollars néo-zélandais à l'emploi face à la crise générée par la pandémie. Les petites et les grandes entreprises sont essentielles pour notre reprise économique, a-t-elle souligné.

Si l'on m'avait dit que nous allions lancer la campagne en 2020 au milieu d'une pandémie mondiale avec nos frontières fermées, j'aurais trouvé cela très difficile à croire.

La première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern

Sa gestion de la crise sanitaire est venue nourrir la Jacinda-mania, née de la manière dont elle a affronté l'an dernier des crises comme l'attaque de deux mosquées à Christchurch par un suprémaciste blanc, qui a coûté la vie à 50 personnes, ou l'éruption du volcan de White Island qui a fait 21 morts. Cela lui vaut un taux de popularité de 60 % dans les derniers sondages.

La Nouvelle-Zélande, qui compte cinq millions d'habitants, a fermé ses frontières pour lutter contre le virus. La COVID-19 a tué 22 personnes dans le pays où le dernier cas d'infection enregistré remonte à 99 jours.

Le parti travailliste est actuellement le pivot de la coalition tripartite au pouvoir et pourrait gouverner seul après les prochaines élections s'il reste au-dessus du niveau de 50 % que lui attribuent les récents sondages.

Mme Ardern avait été propulsée à la tête du parti travailliste juste avant les élections de 2017, lui offrant une remontée inespérée dans les sondages grâce à la vague de sympathie suscitée. Elle était devenue la plus jeune première ministre de Nouvelle-Zélande depuis 1856 et la troisième femme seulement à occuper ce poste.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !