•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude d’achalandage renouvelée à 88 000 $ pour le tramway

Esquisse du projet de tramway dans le quartier Saint-Roch, à Québec.

Un exemple de l'intégration du réseau structurant de transport en commun dans le secteur de la rue de la Couronne dans Saint-Roch

Photo : Radio-Canada

La firme Civilia s’est vue confier le mandat de renouveler l'étude d’achalandage du projet de tramway pour y inclure les plus récents changements, comme l’abandon du trambus.

Le ministère des Transports (MTQ) confirme que le mandat est évalué à 88 000 $ et que les résultats sont attendus dès cet automne.

Le MTQ ajoute que le contrat a été octroyé le 21 juillet. L’analyse de la firme portera sur l’estimation de l’achalandage global et sur le retrait du volet trambus dans le projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC).

Le ministère pourra ainsi porter un jugement sur la modélisation de l’achalandage qui a été utilisée par la Ville de Québec, précise un porte-parole du ministère, Nicolas Vigneault.

Cette étude révisée s'ajoute à celle de la Ville de Québec qui avait finalement acquiescé à la demande du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour qu’il y ait une étude d’achalandage renouvelée qui soit produite.

Le MTQ assure que ses équipes qui travaillent sur le RSTC et le 3e lien entre Québec et Lévis travaillent de concert avec la Ville afin de bien arrimer les analyses en cours.

Par le fait même, le ministère confirme que les analyses de l’achalandage pour le tunnel entre les deux rives sont en cours et que les résultats sont attendus également cet automne. Cette étude est effectuée par le ministère et le Groupement mobilité inter-rives, composé des firmes Stantec, Tetra Tech et Hatch.

Il est prévu que cette étude prenne compte l'incidence du 3e lien sur l'achalandage du tramway.

Pas de tracé commun

Le MTQ a aussi remis ses réponses aux questions du BAPE qui visent, entre autres, à préciser le lien entre le projet de tunnel entre Québec et Lévis et le projet de tramway.

Dans ce document de six pages, le MTQ indique qu’il n’y aura aucune portion du tracé qui sera conjointe ou parallèle, entre les deux projets. Toutefois, peu importe le tracé retenu pour le tunnel entre Québec et Lévis, une connexion aux réseaux de transport collectif est prévue, est-il aussi écrit.

Cet énoncé laisse entendre que la fusion des deux projets, comme proposée par Démocratie Québec, est moins probable.

Dans son document de réponses, le MTQ n’a pas pu répondre à une question concernant les mesures concrètes pour intégrer le transport en commun dans le projet de tunnel. Il est cependant précisé que ces mesures sont toujours cours d’analyse et qu’elles seront dévoilées au moment opportun.

Le MTQ rappelle que deux tracés sont toujours à l’étude, dont celui qui relie l'autoroute 20 à Lévis (rue Monseigneur-Bourget) à l'autoroute Laurentienne à Québec; soit le tracé qui est privilégié.

Le tracé passant sous l’île d’Orléans est toujours à l’étude.

Les travaux pour le projet de 3e lien à Québec devraient commencer en 2022.

Avec la collaboration de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !