•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rentrée scolaire : des enseignants demandent plus de précisions

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un enfant en pantalon court porte un masque sur le visage. Il marche et a un sac à dos.

Un garçon portant un masque sur le chemin de l'école.

Photo : Reuters / Leonhard Foeger

Radio-Canada

Des enseignants en Nouvelle-Écosse demandent au ministre de l’Éducation d’apporter des précisions sur la manière dont la prochaine rentrée scolaire s’effectuera.

Pour préparer le retour des élèves du primaire et du secondaire dans les écoles dans quelques semaines, certaines mesures ont déjà été annoncées par le ministre de l’Éducation, Zach Churchill, le 22 juillet.

Dans le document Retour à l’école partagé par le gouvernement, on annonce que le port du masque sera prescrit dans certains endroits, notamment pendant le transport scolaire, et que les repas ne seront plus pris en commun dans des cafétérias.

Le Conseil syndical acadien de la Nouvelle-Écosse (CSANE), qui représente les enseignants à l’emploi du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP), est un des groupes qui croit que le plan du gouvernement est incomplet.

Jacqueline LeVert.

Jacqueline LeVert (archives).

Photo : Radio-Canada / Paul Légère

On veut être bien préparés pour ne pas avoir besoin de fermer deux jours plus tard, deux semaines plus tard ou un mois plus tard, mentionne Jacqueline LeVert, porte-parole au CSANE.

Oui, on a besoin de plus de temps. On aurait besoin de gens de la Santé publique qui viennent nous expliquer comment bien faire les choses, dit-elle.

Par ailleurs, le nombre de cas de COVID-19 est peu élevé en ce moment en Nouvelle-Écosse et le gouvernement provincial prévoit d’assouplir les restrictions sur les voyages dans la province pour les Canadiens vivant hors de la région atlantique.

On n’avance pas encore de date, mais éventuellement, ces visiteurs ne devraient plus à avoir à s’isoler 14 jours en arrivant dans la province. Nous nous ouvrirons au reste du pays un jour ou l’autre, et je sais que ce sera difficile, disait jeudi le premier ministre néo-écossais Stephen McNeil.

Si les gens qui viennent d’ailleurs n’ont pas à s’isoler pendant 14 jours, on risque que, dans notre communauté, le nombre [de cas de COVID-19] augmente, avance Jacqueline LeVert.

Amélie Lemieux à l'extérieur en été.

Amélie Lemieux, professeure adjointe en littéracie à l'Université Mount Saint Vincent, à Halifax.

Photo : Radio-Canada

Si les écoles devaient à nouveau fermer, comme ce fut le cas le printemps dernier, l’enseignement à distance risque d’être inégal, souligne par ailleurs Amélie Lemieux, une experte en littératie numérique à l’Université Mount Saint Vincent, à Halifax.

Il faut qu’on ait des pratiques claires, parce que là, dans la situation actuelle, ça dépend des écoles et des enseignants, et l’enseignant qui a plus d’éducation ou d’aptitudes en littératie numérique va être mieux préparé qu’un autre, souligne-t-elle.

Pas un plan, dit l'opposition

Le Parti progressiste-conservateur, qui forme l'opposition officielle en Nouvelle-Écosse, demande aussi au gouvernement libéral des précisions sur ce qu'il compte faire.

Tim Halman parle aux médias le 8 août 2019.

Tim Halman, député progressiste-conservateur de Dartmouth-Est, en 2019.

Photo : Radio-Canada / CBC / Paul Poirier

Ce que le ministre annonçait récemment n'est pas un plan, écrivait le 22 juillet le député Tim Halman, porte-parole de l'opposition en éducation et lui-même ancien éducateur.

Ce cadre de travail aurait pu être acceptable en mai. Il est inacceptable à la fin juillet, dénonçait M. Halman. Le ministre devra fournir des mises à jour régulières et détaillées dans les prochaines semaines quand il sera capable de répondre aux questions des parents.

D’après le reportage d’Olivier Lefebvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !