•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête révèle un manque de diversité et de transparence au sein de la police de Windsor

une voiture de police de Windsor.

Le rapport fait suite à deux années d'enquête.

Photo : Radio-Canada / (Chris Ensing/CBC)

Radio-Canada

La Commission civile de l'Ontario sur la police (CCOP) a publié un rapport sur le service de police de Windsor et la commission des services policiers de Windsor vendredi.

Le document de 72 pages fait suite à une enquête de deux ans menée après le dépôt de cinq plaintes par des membres du service de police.

Il traite du manque de diversité raciale au sein des services de la police de la ville, du besoin de rendre davantage transparents ses processus de recrutement et de promotion, et de la faible représentation des femmes, notamment.

« Problèmes systémiques »

Les auteurs du rapport indiquent que les plaintes déposées auprès de la CCOP ont mené à relever un certain nombre de problèmes systémiques, avant d’ajouter qu’il y a beaucoup à faire pour ces problèmes.

Les premières plaintes déposées entre janvier et avril 2018 ont fait état de préoccupations concernant une ingérence inappropriée dans des procédures judiciaires spécifiques, des allégations d'un environnement de travail toxique et la transparence du processus de recrutement et de promotion.

Le rapport se penche également sur le dossier relatif à l’appel au 911 effectué depuis le domicile de Al Frederick, ancien chef de police de Windsor.

À ce sujet, le document indique que les agents qui ont répondu à l’appel ont tous agi de manière professionnelle et qu'Al Frederick a agi de manière appropriée en signalant l'incident à la commission de police. Toujours selon le rapport, cette dernière a fait ce qu'il fallait en renvoyant l'affaire à la Police provinciale pour un examen indépendant.

Des recommandations pour plus de diversité et de transparence

L'exercice a mené à 37 recommandations, dont 13 spécifiquement liées à la diversité.

Le rapport indique que les agentes assermentées sont sous-représentées au sein du Service, et recommande l’élaboration d’un nouveau plan stratégique, pour faire du recrutement des femmes une mesure de haute priorité.

Plusieurs recommandations suggèrent des moyens pour le service de s'engager avec la communauté afin d'éliminer les obstacles pour les femmes et augmenter le recrutement de femmes officières.

Une autre recommandation conseille au service de police d’être proactif pour assurer la diversité raciale de son effectif

La CCOP a déclaré que le service avait fait un effort pour promouvoir la diversité et reconnu qu'il avait réussi à embaucher des agents de certaines communautés, mais pas de toutes.

Le Service est certainement plus diversifié que jamais en ce qui a trait à l’appartenance et aux antécédents religieux de ses membres. En revanche, le nombre d’agents noirs au sein du Service n’a pas augmenté du tout malgré les efforts de recrutement du Service.

Extrait du rapport publié par la Commission de police civile de l'Ontario

Le maire de Windsor reconnaît des insuffisances

Le maire de Windsor, Drew Dilkens, qui a été élu président du conseil de police en 2015, a publié une déclaration en réponse au rapport de la CCOP.

Il reconnaît que le service de police a du travail à faire. En recevant ce rapport, le conseil d'administration et moi-même en tant que président, reconnaissons qu'il y a place à l'amélioration et nous nous engageons à toujours nous efforcer d'améliorer le niveau de service public que nous fournissons, indique-t-il

La CCOP indique qu’elle engagera un suivi pour s’assurer que les recommandations seront mises en oeuvre. Elle demande au service de police et à la commission de rendre compte de cette application dans un an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !