•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêté pour avoir publié l'adresse d'Horacio Arruda sur Internet

Le logo de la Sûreté du Québec sur une portière d'autopatrouille.

Selon la SQ, une dizaine d’individus ont été arrêtés concernant des menaces, du harcèlement ou de l’intimidation sur les réseaux sociaux au cours des dernières semaines (archives).

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

La Presse canadienne

Sylvain Marcoux a été arrêté par les policiers jeudi en soirée pour avoir présumément harcelé le docteur Horacio Arruda et sa famille sur les médias sociaux.

L’homme de 45 ans, originaire de Saint-Majorique-de-Grantham, dans la MRC Drummond, fait face à trois accusations, notamment de menaces et d'intimidation à l’égard du directeur national de santé publique et de sa famille.

Le troisième chef retenu s'appuie sur l'article 423.1, qui stipule qu'on ne peut intimider une personne associée au système judiciaire en vue de lui nuire dans l'exercice de ses attributions. Les gestes reprochés au prévenu auraient donc pu nuire à la capacité du directeur de santé publique à prendre d'importantes décisions en pleine pandémie.

De plus, Sylvain Marcoux aurait partagé en juillet et août une publication dans laquelle apparaissait l’adresse de la résidence personnelle et le numéro de téléphone du grand patron de la santé publique du Québec.

L'accusé invitait également les gens à aller manifester devant sa résidence et à cogner dans ses fenêtres tout en l'insultant.

Sylvain Marcoux a été remis en liberté en attendant sa prochaine comparution prévue à une date non précisée au palais de justice de Saint-Jérôme.

Une dizaine d’arrestations ces dernières semaines

Selon la Sûreté du Québec (SQ), quiconque tient des propos similaires s'expose à une arrestation.

La Sûreté du Québec est en mesure d’intervenir et de retracer les gens qui font les menaces sur les réseaux sociaux, de les arrêter et de les [amener] devant la justice, dit le lieutenant Hugo Fournier, porte-parole de la SQ.

Selon la SQ, au cours des dernières semaines, une dizaine d’individus ont été arrêtés concernant des menaces, du harcèlement ou encore de l’intimidation sur les réseaux sociaux.

La SQ intervient dans ces cas-là lorsqu’il s’agit d’infractions criminelles, que ce soient des menaces faites sur la rue ou encore sur les réseaux sociaux à l’égard de personnes connues ou inconnues du public, martèle le lieutenant Hugo Fournier, porte-parole de la SQ.

Ce dernier demande par ailleurs à la population d’être vigilante concernant les propos tenus sur les médias sociaux.

Sylvain Marcoux est connu dans la région pour s'être présenté comme candidat indépendant lors de l'élection provinciale de 2018 dans Drummond-Bois-Francs. Il avait notamment pourfendu les positions des partis politiques traditionnels sur l'immigration, notamment.

Le Dr Horacio Arruda réagit

Questionné lors d’un point de presse à Montréal, vendredi, le directeur national de santé publique a dit avoir craint pour la sécurité de sa conjointe lorsque l’adresse de leur résidence principale s’est retrouvée sur les médias sociaux.

Ce que j’aimerais qu’on retienne de ça, c’est qu’on ne peut pas écrire n’importe quoi dans les médias sociaux, fait-il savoir. Faites attention à ce que vous écrivez parce que c’est lu et que [...] ça peut avoir un impact comme tel, poursuit-il.

Le Dr Arruda pense néanmoins que la majorité des Québécois n’aurait pas utilisé ses informations affichées sur les médias sociaux de façon malveillante.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !