•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille à Mont-Carmel échappe de justesse à un incendie

La jeune Zoé Arsenault a aidé toute sa famille à sortir à temps de la maison en flammes en pleine nuit.

La famille est à l'extérieur sur une pelouse.

La famille Arsenault-Toupin est saine et sauve après l'incendie qui a détruit sa maison. Ci-dessus, Alex et Zoé Arsenault sont assis au premier rang. Leurs parents Sylvie Toupin et Jacques Arsenault sont debout.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

Une famille de la région Évangéline, à l’Île-du-Prince-Édouard, a tout perdu dans l’incendie qui a complètement détruit sa maison, tôt jeudi matin. Tous les membres de la famille s’en sont sortis indemnes grâce au sang-froid de la jeune Zoé Arsenault, qui a réveillé ses proches durant la nuit.

Le feu s’est déclaré peu avant 4 h, jeudi, dans la remise située sur une propriété de la route Cannontown, à Mont-Carmel. Il a mobilisé pendant plus de 12 heures une cinquantaine de pompiers de plusieurs brigades d’incendie des environs.

Une jeune fille alerte sa famille

Selon Desmond Arsenault, le chef des pompiers de Wellington, les flammes ont rapidement ravagé la maison. Les habitants du domicile étaient tous sortis à l'arrivée des services d'incendie, mais les pompiers ont constaté une extrême chaleur et le vent soufflait vers la résidence.

La bonne nouvelle, c'est que les gens ont sorti avec leur vie.

Desmond Arsenault, chef des pompiers de Wellington

C’est Zoé Arsenault qui a aidé sa famille à sortir à temps de la maison en flammes. Il a fallu faire vite, et tout le monde s’en est sorti de justesse, explique-t-elle.

On avait quelques minutes, raconte la jeune fille. Quand j'ai descendu en bas et que j'ai réveillé mes parents, appelé 911, on est sortis, on a réalisé : “Il faudrait rentrer chercher la bourse, chercher le téléphone”, puis déjà la maison était remplie de fumée.

Un amas de poutres calcinées.

Il ne reste que des ruines de la maison familiale.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Ils disent que ça ne prend pas de temps, puis ça ne prend vraiment pas de temps, observe-t-elle. On a été chanceux.

Pour la mère de famille, Sylvie Toupin, il n’y a pas de doute que c’est l’intervention de Zoé qui a permis à tout le monde d’échapper aux flammes.

Si Zoé ne s'était pas réveillée [...] on y passait tous. Il n'y a aucun doute dans ma tête.

Sylvie Toupin, résidente de Mont-Carmel
Décombres d'une maison détruite par un incendie.

Un incendie a détruit cette résidence de Mont-Carmel, à l'Île-du-Prince-Édouard, le matin du 6 août 2020.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

L’adolescente refuse de se considérer comme une héroïne.

Je ne me sens pas vraiment comme une héros. Je veux dire, on a tout perdu quand même. J'ai juste fait qu'est-ce que n'importe quelle autre personne... Je me considère juste chanceuse que je me sois réveillée, confie-t-elle, visiblement toujours secouée, quelque 24 heures après le sinistre.

La famille a perdu tout ce qu’elle possédait. La propriété n’était pas assurée.

J'ai même pas sorti avec des souliers. Je veux dire, on a une paire de Crocs à partager, relate Zoé Arsenault.

Pas de dents, pas de lunettes, renchérissent ses parents.

Mais on est là, on est ensemble, puis c'est vraiment tout ce qui compte, dit la jeune fille.

On avait la maison parfaite, se désole Sylvie Toupin. C’est étourdissant. À un moment donné, tu es correct, puis l’autre moment donné tu ne l’es plus.

Décombres d'une maison qui a brûlé.

Un incendie a détruit cette résidence de Mont-Carmel, à l'Île-du-Prince-Édouard, le matin du 6 août 2020.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Une amie de la famille, Patricia Richard, a lancé une campagne de financement pour aider ses membres à se remettre sur pied. La Caisse populaire Évangéline-Central, à Wellington, accepte aussi des dons pour la famille.

Cette générosité les touche profondément. Il n’y a pas de mots pour décrire la grandeur de leur coeur et leur générosité, leur support et leur amour, dit Sylvie Toupin. Je pense qu’à quelque part, c’est ce qui va nous aider à passer à travers tout ça.

D’après le reportage de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !