•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24 h et 17 000 m de dénivelé : tenter d'établir un record du monde au mont Sainte-Anne

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jean-François Cauchon devant le mont Sainte-Anne.

Voyez le départ du périple de Jean-François Cauchon

Photo : Radio-Canada / Dominic Martel

Érik Chouinard

Privé de compétition à l’étranger cet été, l’ultramarathonien Jean-François Cauchon s’est donné le défi personnel debattre un record du monde de course en sentier. Il a tenté de gravir plus de 17 000 m de dénivelé en 24 h en montant et descendant le mont Sainte-Anne. Le parcours total est de 117 km.

Il a malheureusement dû abandonner le défi suite à une vilaine chute survenue vers 22 h, vendredi soir, lors de laquelle un morceau de branche s'est coincé dans son oreille.

C’est l’équivalent d’un peu plus de deux allers-retours du niveau de la mer jusqu'au sommet de l'Everest qu’il avait entamé vers 10 h, ce matin-là. Je pense avoir 50 % de chances de réussir, ça va être dur, évaluait-il peu avant son départ.

Jean-François Cauchon pensait être en mesure de faire deux montées et deux descentes par heure, mais il devait aussi arriver à en ajouter quatre de plus pendant son périple s’il voulait battre le record.

#E17EVATE Ça fait maintenant 10h que jeff est en course! Il a fait 18 laps pour 5922m D+! La journée a été difficile en...

Posted by Team Cauchon on Friday, August 7, 2020

L’habitué de ces courses extrêmes s’est entraîné rigoureusement pour pouvoir s’attaquer à ce record. C’est vraiment avec un bon volume d’entraînement qu’on peut arriver à pratiquer l’endurance nécessaire pour un tel défi. L’été, je cours environ 150 km par semaine, précise Jean-François Cauchon, en entrevue à l’émission Première heure.

L’idée lui est venue l’an passé alors qu’il s’attaquait à un autre record sur la même montagne, celui du nombre de montées et de descentes du mont Sainte-Anne. Le record à battre était de 15 et il en avait fait 22.

À ce moment-là, j’avais atteint environ 13 300 m de dénivelé et je n’étais pas trop loin de la marque qui tenait à l’époque, se rappelle le coureur.

Une jeune discipline

Comme la discipline est encore jeune, le record des mètres en dénivelé a été fracassé plusieurs fois depuis. L'actuel record de 17 000 m en 24 h est détenu par l’Italien Luca Manfredi Negri.

Comme Jean-François Cauchon l’explique, il n’y a pas de réglementation quant au choix du parcours, c'est seulement le nombre de mètres d’ascension qui compte. Il faut simplement donner sa trace GPS pour montrer qu’on a effectivement effectué la course, soutient-il.

Il y a un Finlandais au début de l’été qui a augmenté la marque de 15 000 m à 16 100 m sur une butte de 100 m de dénivelé, donc il a fait beaucoup d’allers-retours, poursuit l'ultramarathonien.

Pour battre le record, Jean-François Cauchon n’est pas complètement seul, ses proches se relaieront pour courir avec lui et un ravitailleur est posté en permanence au bas de son circuit.

À chaque fois que je passe, je peux prendre de l’eau, des gels pour m’alimenter ou faire une petite pause, ça me permet de ne courir avec pratiquement rien sur moi, affirme-t-il.

Avec les informations d'Alexandre Duval

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !