•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

108 nouveaux cas de COVID-19 confirmés au Québec

La Dre Mylène Drouin et le Dr Horacio Arruda en conférence de presse.

Les dirigeants de santé publique de Montréal et du Québec, la Dre Mylène Drouin et le Dr Horacio Arruda, ont fait le point sur la première vague de transmission de la COVID-19 dans la métropole.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les 108 nouveaux cas enregistrés font passer le nombre de personnes contaminées par la COVID-19, depuis le début de la pandémie au Québec, à 60 241.

Au cours des dernières 24 heures, aucune personne infectée n'a perdu la vie, selon l’Institut national de santé publique (INSPQ). Le nombre total de morts liées à la COVID-19 reste à 5687.

Le nombre d’hospitalisations a diminué de 13, pour un total de 152. Dix-neuf personnes sont toujours aux soins intensifs, comme c'était le cas mercredi et jeudi.

Le nombre de personnes rétablies dans la province reste également stable : l'INSPQ en répertorie 50 886.

Quant aux prélèvements analysés, la santé publique en a dénombré 16 472, soit 179 de plus que la veille.


Ce bilan représente l'état des lieux constaté au cours d'une période de 24 heures qui s'est terminée jeudi, à 16 h.

Hier, le bilan faisait état de 133 nouveaux cas confirmés dans la province.


Montréal, épicentre de la COVID-19 au pays

Montréal est la région sociosanitaire qui compte le plus grand nombre de cas confirmés au Québec et même dans tout le pays avec 29 133 cas. C’est près de la moitié du nombre total de cas confirmés présentement dans la province, qui s’élève à 60 241.

Le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda et la directrice régionale de santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, ont d’ailleurs fait le point sur la situation dans la métropole.

La Dre Drouin a signalé que la première vague de transmission de la COVID-19 à Montréal s’est faite en trois temps : tout d’abord, par les voyageurs, puis, dans un deuxième temps, la contamination s’est propagée dans les CHSLD et d’autres résidences pour personnes âgées, et les infections ont été nombreuses parmi les travailleurs de la santé et les travailleurs essentiels.

Finalement, au mois de mai, les infections se sont déplacées dans le milieu communautaire, certains quartiers chauds étant beaucoup plus touchés que d’autres.

Les éclosions à Montréal en nombre :

  • 76 % des milieux des aînés ont connu une éclosion
  • 88 % des décès sont survenus dans les milieux des aînés
  • 22 % des cas se rapportaient aux travailleurs de la santé (6268 personnes infectées)

En vue de l’automne qui approche à grands pas, l’objectif de la direction de santé publique est de maintenir au plus bas niveau possible le taux de transmission communautaire. Ainsi, les personnes les plus vulnérables seront protégées, la capacité du système de santé ne sera pas dépassée et on pourra éviter de reconfiner, a indiqué la Dre Drouin.

Pour ce faire, les deux priorités de la santé publique sont d’être en mesure de dépister, d'enquêter, de suivre et de gérer les éclosions, et de faire en sorte d’éviter que le virus n’entre de nouveau dans les milieux de vie des aînés.

Maintenant, on a une certaine accalmie, mais il ne faudrait pas penser que la situation est complètement disparue.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Le milieu scolaire n’est pas celui qui m’inquiète le plus

La rentrée scolaire occupe aussi une place importante dans la planification. Sans donner de détails précis, la Dre Drouin a souligné que Montréal est une ville universitaire qui regorge d’établissements, avec ses 12 cégeps, 13 collèges privés et 10 universités. On aura à être bien prêts pour la rentrée scolaire avec nos partenaires de ces milieux, a souligné la Dre Drouin.

Le Dr Arruda n’est pas particulièrement inquiet pour les enfants à l’occasion de la rentrée.

Le virus va circuler à la fois à l’école, mais aussi peut-être dans les familles [...] Ce qui va être important, à mon avis, c’est de s’assurer [de] ne pas avoir des éclosions qui prennent des [proportions] importantes, explique-t-il.

Le directeur national de santé publique fait remarquer que les enfants et les personnes âgées dans les CHSLD sont des populations bien différentes et que les soins qui étaient donnés aux aînés entraînaient beaucoup de transmission en interne.

Selon lui, les bénéfices pour les enfants de retourner à l’école surpassent largement les risques de complication en cas d’infection par la COVID-19. Les enfants ont besoin de socialiser.

Tant la Dre Drouin que le Dr Arruda ont rappelé les consignes les plus importantes pour éviter les éclosions :

  • Respecter une distanciation physique de 2 m autant que possible
  • Se laver les mains régulièrement avec de l’eau et du savon ou un gel alcoolisé
  • Porter le couvre-visage

Ils ont aussi fait appel à la solidarité des personnes qui ont reçu un résultat positif à un test de dépistage et qui sont contactées par la santé publique afin de retrouver les milieux qu’ils ont fréquentés, de faire les liens et de freiner la transmission.

Quand les équipes de santé publique vous appellent, répondez. On tente de vous joindre par téléphone, par courriel, parfois par texto, c’est extrêmement important [de répondre]. Pour nous, l’information est essentielle.

Mylène Drouin, Santé Montréal

État d'urgence prolongé à Montréal

En vertu de la Loi sur la sécurité civile, le comité exécutif a renouvelé une fois de plus l'état d'urgence pour une période de cinq jours. Il a été décrété une première fois le 27 mars – pour une période allant jusqu'au 21 mai – puis il a été renouvelé tous les cinq jours.

L'État d'urgence permet à la Ville de disposer de pouvoirs exceptionnels permettant de faire face à la pandémie qui sévit actuellement sur le territoire de l'agglomération, notamment en favorisant la mobilisation des ressources matérielles et humaines requises.

L'état d'urgence est applicable à l’ensemble des arrondissements et aux 15 autres municipalités de l’île de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !