•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents demandent à Québec de permettre l’école à distance

À environ trois semaines de la rentrée scolaire, un groupe de parents met en demeure le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, et demande à Québec de permettre aux élèves de suivre l’école primaire et secondaire à distance.

Un jeune garçon fait un câlin à son père dans la cour d'une école.

Le retour en classe au Québec soulève de nombreuses questions chez les parents.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

La mère d’élèves et ancienne avocate Politini Karounis est inquiète à quelques semaines de la rentrée. Ses enfants sont gardés par leur grand-mère, qui est immunovulnérable. Elle souhaite qu’ils puissent suivre leurs cours de la maison, mais cette option n’est pas permise par le gouvernement de François Legault.

On ne peut pas scolariser les enfants à la maison par l’entremise de nos écoles en utilisant nos curriculums, les matériaux de cours, les devoirs, les livres, etc., déplore-t-elle en entrevue à Tout un matin.

La seule solution possible pour Politini Karounis serait de désinscrire ses enfants de l’école et de demander au ministère une autorisation pour leur faire l’école à la maison, comme le prévoit la Loi sur l’instruction publique.

Présentement, la seule solution qui nous est offerte, c’est soit on va à l’école en septembre soit on se désinscrit et on fait l’école à la maison.

Politini Karounis, mère d'élèves

Avec trois autres parents, Politini Karounis a mis en demeure le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge. On reçoit des messages de centaines de parents qui doivent demander aux grands-parents de garder les enfants, affirme  Politini Karounis qui explique que pour de nombreux parents le retour en classe comporte trop de risques.

Leur avocat, Julius Grey, estime que forcer les élèves à se rendre à l’école serait contraire à l’esprit de la charte et de la Constitution. Il estime notamment que le plan de retour en classe du Québec viole l’article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés.

L’article 7 a été interprété de façon à garantir les mesures d’autonomie personnelle, certaines décisions n’appartiennent pas aux gouvernements ou aux autorités [...] une personne ne peut pas être obligée de s’exposer à une situation qu’elle considère comme dangereuse, explique Me Grey.

De son côté, le cabinet du ministre de l'Éducation a refusé de commenter cette mise en demeure.

Une pétition en ligne

Une autre mère d’élèves, Sarah Gibson, a lancé une pétition en ligne, qui avait déjà reçu vendredi matin près de 9600 signatures, pour demander à Québec de revoir son plan pour la rentrée scolaire. Sarah Gibson estime que le gouvernement met en danger les familles dont certains membres sont vulnérables.

Le plan québécois sur la rentrée scolaire a été présenté en juin dernier, Québec a toutefois précisé lundi que le ministre de l’Éducation le réactualisera la semaine prochaine.

À l’heure actuelle, le plan du ministère prévoit le retour en classe de tous les élèves avec une possibilité d’alternance pour les élèves de la 4e et 5e année.

Contrairement à l’Ontario et l’Alberta, le port du masque n’est pour l’instant pas obligatoire dans les écoles du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !