•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le 11 août 1995, le métro de Toronto connaît le pire accident de son histoire

Vue d'une des rames de métro après l'accident du 11 août 1995

Le 11 août 1995 survient dans le métro de Toronto le pire accident de l'histoire du réseau de transport collectif.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 11 août 1995, un accident dans le métro de Toronto fait 3 morts et des dizaines de blessés. C’est le plus grave accident de l’histoire à s’être produit à la Commission des transports de Toronto (CTT), comme le rappellent des reportages de Radio-Canada.

Le pire accident depuis 1954

Avec la poussière, la fumée, il y avait des gens qui marchaient hagards entre les deux stations, et là, il a fallu organiser les secours.

Claude Gervais, 1995
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 11 août 1995

Le 11 août 1995, le journaliste Claude Gervais présente au Téléjournal, qu’anime Marie-Claude Lavallée, un reportage sur l’accident qui est survenu ce jour-là dans le métro de Toronto.

C’est le plus grave accident de métro qu’ait connu la CTT depuis sa création en 1954 avec trois morts et des dizaines de blessés.

Ce vendredi-là, en pleine heure de pointe du soir, un train plein de passagers circule à une vitesse d’une cinquantaine de kilomètres sur la ligne de métro Yonge-University-Spadina.

Il entre en collision avec un train immobilisé entre les stations St. Clair West et Dupont.

On impute l’accident à l’inexpérience d’un conducteur de train, qui n’était à son poste que depuis quelques jours, qui a mal identifié un feu de signalisation et a brûlé trois feux rouges.

Les secours mobilisent 150 pompiers, 130 policiers et une centaine d'ambulanciers et autres membres du personnel médical.

La scène de l’accident est infernale dans tous les sens du mot.

Le train qui roulait a embouti le train arrêté et tout n’est plus qu’un amas de métal tordu.

Par ailleurs, il fait ce jour-là très chaud dans la Ville Reine.

Sous terre, les débris empêchent l’air de circuler dans le tunnel, le transformant en une véritable fournaise. La chaleur atteint 40 degrés Celsius dans le souterrain!

Les équipes de secours peinent à rejoindre les passagers prisonniers des épaves des trains.

On doit amputer sur place la jambe d’une des passagères blessées, qui meurt par la suite.

La ligne Yonge-University-Spadina restera cinq jours fermée pour réparer les dégâts.

Erreur humaine et mécanique

On a échoué. On a tué trois personnes.

David Gunn, directeur général, Commission de transport de Toronto, 1996
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 3 janvier 1996

Le 3 janvier 1996, Claude Gervais présente un reportage au Téléjournal, qu’anime Michèle Viroly, dans lequel il résume les principales conclusions du rapport d’enquête sur l’accident de métro du 11 août 1995.

Le rapport d’enquête confirme l’erreur humaine d’un chauffeur inexpérimenté.

Mais à cela, indique le rapport, s’ajoute une défaillance mécanique du dispositif de freins d’urgence sur les rames de métro.

On relève par ailleurs la vétusté de plusieurs des infrastructures existantes à la CTT.

Certains éléments du système de freins d’urgence, par exemple, dateraient des années 1950.

Le rapport d’enquête soumet 18 recommandations pour améliorer la sécurité du métro de Toronto.

La direction de la CTT avoue les déficiences et dit mettre en œuvre des réformes pour perfectionner les systèmes, notamment dans la formation du personnel, afin qu’une telle catastrophe ne se répète plus jamais.

De son côté, le syndicat est mécontent que l’administration de la CTT blâme autant le conducteur fautif alors qu’elle sous-estime délibérément ses propres défaillances.

Un rapport du coroner de l’Ontario a par la suite produit une liste de 219 recommandations que devait respecter la CCT.

Parmi les recommandations les plus importantes qui ont été mises en œuvre par le transporteur, mentionnons le changement du système de freins de sécurité en 1997-1998.

En 2015, selon la CTT, les recommandations du rapport d’enquête, ainsi que les recommandations du coroner de l’Ontario, ont été mises en application par le transporteur public.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.