•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort du skieur de Stoneham : Levasseur accusé de conduite avec facultés affaiblies

Une voiture endommagée à la suite d'un accident, installée sur une remorque.

La voiture accidentée de François Levasseur, au lendemain de la collision mortelle.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Vachon

Un jeune homme de Stoneham a été accusé vendredi après-midi de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse ayant causé la mort de Philippe Verreault, le 15 juillet dernier, le soir même où ce dernier célébrait son 26e anniversaire.

François Levasseur, 25 ans, a comparu devant le juge par téléphone en raison de la mauvaise communication vidéo. La procureure de la poursuite, Me Sarah-Julie Chicoine, a confirmé la nature des accusations déposées contre Levasseur plus tôt vendredi à Radio-Canada.

Un peu avant minuit lors de la soirée fatidique du 15 juillet, Philippe Verreault, un jeune homme reconnu pour ses prouesses en ski, marchait avec des amis en bordure de la 1re Avenue, à proximité de la microbrasserie La Souche, à Stoneham, lorsqu’un automobiliste l’a heurté violemment.

Le décès de Philippe Verreault, qui a été constaté sur les lieux du drame, a provoquéune onde de choc dans la communauté de Stoneham.

François Levasseur sera de retour devant les tribunaux le 10 août pour son enquête sur remise en liberté. Il reste en détention pendant ce temps.

Philippe Verreault, souriant, dans un remonte-pente

Philippe Verreault était un passionné de ski dont le sourire était bien connu à la station touristique Stoneham.

Photo : Facebook

Le conducteur blessé grièvement

François Levasseur a pour sa part été blessé grièvement à la suite de la collision et a été transporté dans un centre hospitalier.

Comme l'état de Levasseur s'est amélioré, la Sûreté du Québec a publié un mandat d’arrestation le visant, vendredi matin.

Un proche de la famille de Philippe dit maintenant faire confiance au système de justice.

La police et la justice feront ce qu'ils ont à faire, en fonction des lois existantes, relate Nicolas Mazellier, ancien président du club de ski Stoneham.

Il a organisé une marche silencieuse en l'honneur de Philippe quelques jours après le drame.

Selon lui, l'heure n'est pas à la vengeance.

Pas un instant on a entendu des mots déplacés ou vengeurs envers la personne qui est accusée, aujourd'hui. Pas un instant dans ce drame. Tout le monde est atteint et a été touché par ces deux vies détruites, explique-t-il.

Selon lui, les amis et proches de Philippe préfèrent se consacrer à la commémoration du défunt.

Des bouquets de fleurs, une paire de bottes de ski et des pôles jonchent une pancarte sur laquelle est écrit : «À la mémoire de Phil».

De nombreux proches de Philippe Verreault ont laissé des fleurs sur le lieu de la collision mortelle.

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

Une pétition a récolté plus de 8000 signatures pour qu'une piste de la station Stoneham porte le nom de Philippe Verreault.

Ce projet chemine, de même que celui de la municipalité, qui demande au ministère des Transports de renommer une partie de la route où le drame est survenu au nom de la victime.

Déjà des démêlés pour facultés affaiblies

François Levasseur n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice.

Il a été condamné à la Cour municipale en janvier 2017 pour conduite avec les facultés affaiblies. Les actes reprochés ont été commis en octobre 2016. Il a alors été arrêté à bord de son véhicule sur la route de l'Église, dans le secteur de Sainte-Foy.

Le 17 juin dernier, soit moins d'un mois avant le drame, Levasseur a également été condamné pour ivresse dans un lieu public. L'événement remontait au mois de novembre 2019 et il avait par la même occasion insulté un agent de la paix.

Avec les informations de Yannick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !