•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daisy Coleman, survivante au cœur d'un documentaire Netflix sur le viol, a mis fin à ses jours

Une jeune femme sourit.

Daisy Coleman, qui a partcipé à rendre visible la culture du viol au secondaire, lors de la première du documentaire « Audrie et Daisy » au Festival Sundance en 2016.

Photo : Getty Images / Matt Winkelmeyer

Radio-Canada

Daisy Coleman, une survivante d’agression sexuelle qui était le sujet du documentaire Audrie et Daisy, s’est suicidée, selon sa mère.

La jeune femme avait fait l’objet d’intimidation alors qu’elle était adolescente après qu’elle ait affirmé qu’un homme l’avait violée en 2012 lors d’une fête. Le documentaire Audrie et Daisy, diffusé en 2016 sur Netflix, se consacrait à son histoire ainsi qu’à celle de deux autres femmes qui ont subi du harcèlement et de l’intimidation après avoir témoigné contre leur agresseur.

Rendre visible la culture du viol au secondaire

Le présumé agresseur de Daisy Coleman avait été accusé d’agression sexuelle, et avait été reconnu coupable de mise en danger d’enfants.

La poursuite de Daisy Coleman avait suscité des discussions nationales aux États-Unis sur le traitement des agressions sexuelles faites sur des adolescentes et adolescents ainsi que sur le harcèlement en ligne et l’intimidation qui accompagnent ces agressions.

Daisy Coleman avait par la suite cofondé SafeBAE, une organisation sans but lucratif qui travaille à prévenir les agressions sexuelles dans les écoles et à accompagner les survivantes et survivants de ces agressions.

J’aurais aimé pouvoir lui enlever une partie de sa douleur. Elle ne s’est jamais remise de ce que ces garçons lui ont fait, et ce n’est pas juste. Ma petite fille est partie, a écrit sa mère, Melinda Coleman, sur Facebook.

Besoin d’aide pour vous ou un proche?

Ligne québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553)

Avec les informations de BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !