•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants étrangers plongés dans l’incertitude à l’approche de la rentrée

Logo sur le campus de l'Université de Sherbrooke.

L’Université de Sherbrooke a offert à environ 400 étudiants étrangers la possibilité de faire leur session d’automne en ligne.

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Radio-Canada

À l’approche de la rentrée, le sort de nombreux étudiants étrangers reste incertain alors que les frontières du Canada demeurent fermées aux ressortissants étrangers, or États-Unis, jusqu’au 31 août minimum.

L’Université de Sherbrooke (UdeS) a offert à environ 400 étudiants étrangers, qui ne pourront pas entrer au pays, la possibilité de faire leur session d’automne en ligne.

À savoir s’ils vont saisir l’occasion pour le faire, on ne le sait pas encore, indique Pascale Lafrance, directrice générale du programme USherbrooke international à l’UdeS. La vie sur le campus et en présentiel, ça fait partie du projet étudiant pour beaucoup. Certains vont certainement décider de se désister, concède-t-elle.

Lorsque la COVID-19 a frappé le Québec de plein fouet au printemps dernier, l’UdeS a consulté tous les dossiers d’étudiants internationaux pour voir quelles étaient les meilleures options pour eux à la session d’automne.

[On a] soit décidé de reporter l’admission à une date ultérieure, soit d’offrir les cours à distance. Il y a différentes options qui ont été offertes aux étudiants, poursuit-elle.

Pas d'étudiants en échange cet automne

Par ailleurs, l’UdeS a pris la décision de ne pas accueillir cet automne plusieurs centaines d’étudiants étrangers qui devaient venir en échange pour une, deux ou trois sessions. On a décidé de miser sur des étudiants qui venaient faire des programmes complets, indique-t-elle.

Les universités sont à la merci des normes d'entrée au pays imposées par le gouvernement fédéral. Pascale Lafrance dit recevoir des informations au compte-gouttes à ce sujet. On a développé un guide d’information à l’interne pour que [notre personnel] qui se fait solliciter par un futur étudiant international sache à qui le référer, explique Mme Lafrance.

Actuellement, l’interdiction d'entrée au Canada est en vigueur au moins jusqu'au 31 août pour les étudiants étrangers et jusqu’au 21 août pour les ressortissants américains. Tous ceux qui peuvent entrer au pays doivent effectuer une quarantaine de 14 jours.

Programme de mentorat adapté

L’UdeS a par ailleurs adapté son programme de mentorat pour accueillir ces nouveaux arrivants. Les mentors vont avoir le rôle de les aider pendant la quarantaine quand ils vont arriver. Parce qu'on a quand même des inquiétudes importantes. Un nouvel étudiant international qui arrive au Québec et qui se fait confiner 14 jours dans un appartement, ce n'est pas génial côté intégration, souligne-t-elle.

Des étudiants-mentors accompagneront notamment des étudiants internationaux pour leur expliquer par exemple comment passer une commande d'épicerie en ligne.

De son côté, l'Université Bishop's attend la venue de plusieurs étudiants étrangers, dont des Américains. Dans ce cas-ci, l'Université a pu bénéficier d'un assouplissement des règles d'entrée pour accueillir 76 étudiants américains à la prochaine rentrée. C'est presque le même nombre que l'année dernière.

Cet assouplissement ne concernerait que les Américains alors que le quart des étudiants de Bishop's vient de l'étranger.

Pour ajouter à l'incertitude, l'Agence de santé publique du Canada a récemment demandé à toutes les Universités du pays de leur soumettre leur plan pour accueillir les étudiants internationaux.

Les étudiants étrangers ont encore quelques semaines pour confirmer leur inscription autant pour l'Université de Sherbrooke que pour Bishop's. Les établissements n'ont pas encore une idée précise à savoir combien de personnes vont reporter leur session ou tout simplement l'annuler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !