•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents d’enfants en garderie inquiets pour la saison du rhume

Photo générique pour illustrer les garderies au Québec.

Les enfants qui ont des symptômes pouvant s'apparenter à la COVID ne peuvent se présenter à la garderie. (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Janis Rivard

Des enfants n’ont pas pu aller à la garderie à cause d’une toux : les garderies sont obligées de demander un test négatif de la COVID-19 ou que les parents attendent 24 heures après les derniers symptômes. Des parents commencent à s’inquiéter à l’approche de la saison du rhume et de la grippe.

Même si l’enfant ne présente pas d’autres symptômes de la COVID-19, les garderies et les CPE ne peuvent l’accepter s’il a une toux, selon les normes de la Santé publique. Cette situation inquiète plusieurs parents, qui ont peur de devoir prendre congé afin de rester avec leurs enfants malades et d’attendre avec eux les résultats des tests de dépistage.

Emmanuelle Hudon, mère de deux enfants vivant à Amos, a pris la parole sur Facebook afin de raconter sa situation. Son fils a été refusé à la garderie lorsqu’il a commencé à avoir la toux. Il avait déjà des écoulements nasaux depuis deux jours, et Mme Hudon affirme que c’est probablement à cause de ces écoulements qu’il s’est mis à tousser.

Elle déplore le manque de soutien dans cette situation. Toutes les journées que je perds au travail, toutes les journées que je suis obligée de continuer à payer la garderie, le gouvernement ne me donne pas de montant pour ça. On serait peut-être moins fâché si on savait qu’au moins on avait un soutien financement derrière ça, explique-t-elle.

La personne lui ayant donné son rendez-vous de dépistage lui a confié qu’elle ne donnait pas de rendez-vous pour des personnes présentant seulement ces symptômes, puisqu’il y a peu de chances que ce soit le coronavirus. Toutefois, l’enfant ne peut réintégrer sa garderie avant d’avoir une preuve de test négatif, ou de ne plus avoir de symptômes pendant 24 heures.

Mme Hudon espère ne pas avoir à faire vivre l’expérience déplaisante du test de dépistage à ses enfants trop souvent.

Je lève mon chapeau aux CPE. Pour eux c'est compliqué de devoir appliquer toutes les normes sanitaires. Pauvres éducatrices qui doivent dire à un enfant qu'il ne peut pas venir, je ne ferais pas leur job en ce moment.

La Santé publique révisera ses critères

La santé publique a pris connaissance de ces difficultés rencontrées par de nombreux parents dont l’enfant est en garderie, dans un CPE comme dans un milieu familial.

La Dre Omobola Sobanjo, médecin-conseil à la Santé publique, répond qu’il y aura une réflexion au cours des prochains jours sur la stratégie de dépistage. Pour les symptômes moins spécifiques à la COVID, un test de dépistage est demandé et au départ, c’était pour dépister un grand nombre de personnes.

On parle de la fièvre, de la toux, de la perte d’odorat ou de goût subitement, on parle aussi de difficultés respiratoires et on a ajouté le mal de gorge, les vomissements, la fatigue importante, une perte d’appétit importante, la diarrhée… donc vous voyez qu’il y a beaucoup de raisons pour lesquelles un enfant peut vomir. La COVID en est une, mais il y a d’autres raisons aussi, explique-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !