•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tarifs douaniers sur l'aluminium : le milieu régional réagit

Des lingots d'aluminium.

L'aluminium produit par Nature Alu est pur à 99,99 %.

Photo : Radio-Canada

Les réactions n’ont pas tardé à se faire entendre dans la région à la suite de la décision du président américain, Donald Trump, d’imposer de nouveaux tarifs douaniers à l’aluminium canadien.

Il en a fait l'annonce jeudi en fin d'après-midi au cours d'une visite dans une usine en Ohio.

Le président du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA-UNIFOR), Donat Pearson, ne craint pas de répercussions à court terme sur la production régionale par Rio Tinto, mais il condamne la décision de Washington, cinq semaines à peine après l’entrée en vigueur du nouvel accord de libre-échange Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

L’impact va probablement se faire du côté de la compagnie. Pour le moment, je n’en vois pas à court terme sur les travailleurs […]. Ce n’est pas surprenant du président américain. Le pire, c’est que ça a de l’impact même du côté de la production. Les Américains produisent à peu près le tiers de ce qu’ils ont besoin et ils imposent des taxes sur certains produits qu’on envoie parce que eux en ont besoin. C’est un peu capoté, mais on n’a pas grand contrôle là-dessus, a-t-il commenté.

Tout ce qu’il [Donald Trump] veut c’est des arguments qui paraissent bien au niveau du public, mais qui ne sont pas logiques. Ils ont besoin de notre métal.

Sylvain Maltais, président du syndicat de l'Aluminerie d'Alma

La classe politique en colère

Le député bloquiste de Jonquière, Mario Simard, s’attend à une contre-attaque rapide d’Ottawa.

Ça s’inscrit clairement dans une manœuvre électorale. Il devrait y avoir une réponse assez costaude du gouvernement du Canada par la mise en place de contre-tarifs.

Mario Simard, député bloquiste de Jonquière

Le député croit que les conséquences de cette décision auront des répercussions négatives au sud de la frontière.

Il y a beaucoup de transformateurs aux États-Unis qui vont payer le prix de ces tarifs, prédit-il.

Dans un communiqué conjoint diffusé en fin de journée, les députés du Bloc québécois, y compris Alexis Brunelle-Duceppe (Lac-Saint-Jean), ont condamné la décision du président américain et ont sommé Ottawa d'agir pour protéger l'industrie.

Voici une preuve supplémentaire que le gouvernement libéral aurait dû faire plus et mieux pour protéger l’aluminium du Québec. Ce n’est pas un succès et il aurait dû anticiper que le président Trump ferait de l’aluminium un enjeu électoral, quitte à nuire à l’économie américaine, a déclaré Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois.

Les deux députés de la formation politique dans la région tiendront d'ailleurs un point de presse au sujet des tarifs douaniers vendredi à 10 h devant le bureau de circonscription de Mario Simard à Jonquière.

Richard Martel en colère

Le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, est en colère. Il rappelle qu'il avait demandé au gouvernement libéral de Justin Trudeau d'anticiper cette mesure. D'autant qu'en 2018, les États-Unis avaient imposé au Canada des droits de douane de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur les importations d'aluminium pendant que l'Accord Canada–États-Unis–Mexique était en négociation.

C'est l'aluminium le plus vert au monde et on ne l'exploite pas. En plus, on leur avait demandé de se pencher sur les coûts et les délais de construction et d'avoir des mesures fiscales qui vont permettre l'expansion des entreprises. On dirait que les Américains en profitent en plus parce qu'ils savent que, présentement, le gouvernement est faible de ce côté-là.

Richard Martel, député conservateur, Chicoutimi-Le Fjord

Sur Twitter, le premier ministre du Québec, François Legault, a fait part de son intention de « se battre » pour les travailleurs de l'aluminium.

Rio Tinto réagit

Dans une déclaration transmise par courriel, la compagnie Rio Tinto a dit travailler avec ses clients américains pour minimiser les impacts des tarifs douaniers sur l'aluminium importé du Canada.

L'aluminium du Canada est une source historique de force pour les fabricants américains et nous nous engageons à assurer un approvisionnement régulier en métal aux États-Unis dans les conditions économiques incertaines actuelles. L'application des droits de douane de la section 232 à l'aluminium canadien est malheureuse car elle ne fait qu'augmenter les prix pour les consommateurs américains, miner la confiance du marché dans la sécurité des approvisionnements en aluminium en Amérique du Nord et détourner l'attention de la mise en œuvre de l’ACEUM, peut-on lire dans la déclaration écrite.

Avec les informations de Flavie Villeneuve et Gabrielle Morissette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !