•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ne donnez pas l’argent à l’État » : le cri de Libanais aux pays donateurs

Le Canada n’allouera pas de fonds au gouvernement libanais, assure Ottawa.

Une femme portant un masque pleure au-dessus d'un cercueil recouvert du drapeau libanais.

La soeur d'une victime de la double explosion du port de Beyrouth pleure la mort de son frère lors de ses funérailles.

Photo : Reuters / Karamallah Daher

Alors que l’aide internationale d’urgence pour le Liban s’organise après la double explosion meurtrière survenue mardi au port de la capitale, de plus en plus de voix s’élèvent à Beyrouth pour appeler les pays donateurs à soutenir la société civile plutôt que le gouvernement, accusé de corruption.

Plusieurs pays, dont le Canada, la France et l’Australie, ont déjà annoncé qu’ils allaient envoyer de l'aide humanitaire, mais aussi de l'aide financière pour soutenir le pays, déjà affaibli par une crise socio-économique et politique sans précédent, en plus de la pandémie de COVID-19.

Vous êtes notre seul espoir, Ne donnez pas l’argent au gouvernement libanais, Aidez-nous… Des phrases parmi d’autres lancées par la foule qui a accueilli le président français Emmanuel Macron, arrivé jeudi matin à Beyrouth, au surlendemain des explosions qui ont fait au moins 154 morts et 5000 blessés, ainsi que 300 000 sans-abris.

Emmanuel Macron, masqué, est entouré de gardiens de sécurité au milieu d'une foule dans une rue.

S'offrant un bain de foule dans un quartier dévasté de Beyrouth, le président Macron propose un « nouveau pacte » politique aux responsables du Liban. La foule scandait « le peuple veut la chute du régime ».

Photo : Getty Images / AFP

Ces déflagrations sont dues, selon les autorités, à un incendie dans un entrepôt abritant depuis des années une énorme quantité de nitrate d'ammonium au port de Beyrouth sans mesures de sécurité.

Le gouvernement a lancé deux enquêtes pour élucider les causes de la tragédie, mais pour de nombreux Libanais en colère, la négligence et l’inaction des autorités sont à l’origine du drame.

Des hommes et des femmes déblaient les rues avec des balais ou des pelles.

Les Libanais nettoient les dégâts considérables causés par la double explosion. Les rues sont jonchées de vitres.

Photo : Reuters / MOHAMED AZAKIR

Nous n'avons pas un État [au Liban], nous avons une bande de criminels et de voleurs, lance la Libanaise Rasha Talhouk sur Twitter. Ne leur donnez pas la chance de nous tuer à nouveau, ne les aidez pas, s’il vous plaît, ajoute-t-elle en s’adressant à l’ONU.

Je suis rempli de joie quand je vois des pays s’empresser pour aider les Libanais, mais en même temps j’ai honte quand je constate que le gouvernement ne fait rien pour aider son propre peuple.

Élie Abou Assaf, entrepreneur libanais

À la fin de sa visite au Liban, le président Macron a affirmé que la France va organiser l’aide internationale avec l’Union européenne et les Nations unies avec le soutien de la Banque mondiale, pour être aux côtés de toutes celles et ceux qui sauvent, aident, guérissent, reconstruisent.

Nous mettrons en place une gouvernance claire et transparente pour que l’ensemble de cette aide internationale soit directement acheminée aux populations, aux organisations non gouvernementales, aux équipes sur le terrain qui en ont besoin, sans qu’aucun détournement ne soit possible.

Emmanuel Macron

M. Macron s’est ensuite adressé aux dirigeants libanais, affirmant que la France ne donnera pas des chèques en blanc à des systèmes qui n’ont plus la confiance de leur peuple. Il est même allé jusqu’à demander un changement de système au pouvoir.

En Australie, la ministre des Affaires étrangères, Marise Payne, affirme elle aussi que l’aide de son pays – 2 millions de dollars – sera consacrée aux partenaires de confiance, notamment l’Agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation, ainsi que la Croix-Rouge […] pour aider les personnes touchées par cette tragédie.

Karina Gould apparaît sur un écran de télévision dans une salle de presse.

La ministre fédérale du Développement international, Karina Gould, lors de sa conférence de presse jeudi sur l'aide au Liban.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Où ira l'aide canadienne?

Quant au Canada, la ministre fédérale du Développement international, Karina Gould, a annoncé une aide de 5 millions de dollars, dont 1,5 million seront dépensés tout de suite par l’entremise de la Croix-Rouge canadienne à la Croix-Rouge libanaise. Ce montant pourrait être bonifié plus tard, en fonction des besoins sur le terrain, a-t-elle déclaré.

Qu’en est-il des 3,5 millions restants? Aucun détail n’a filtré à ce sujet dans les communications officielles du gouvernement. Affaires mondiales Canada n’a pas répondu aux questions de Radio-Canada.

Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne assure toutefois que le Canada est très conscient qu’il y a des questions de gouvernance importantes présentement au Liban.

C’est pour ça qu’on privilégie d’acheminer l’aide à travers des organismes internationaux, comme la Croix-Rouge, précise-t-il.

Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne assis à un bureau avec des photos et des petits drapeaux canadiens derrière lui.

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne

Photo : Radio-Canada / Mathieu Gohier

La priorité du Canada, c’est le peuple libanais […] Il n’y a pas de fonds qui seront livrés du gouvernement du Canada au gouvernement libanais. Nous travaillons avec ceux qui font une différence dans la vie des gens.

François-Philippe Champagne

À la question de savoir si Ottawa suivra les pas de Paris en faveur d’un changement de système politique au Liban, M. Champagne, qui a parlé à deux reprises avec son homologue libanais Charbel Wehbé, affirme que le temps est à l’aide immédiate d’urgence, mais il y aura des moments pour se poser ces questions-là.

Joint par téléphone, le député fédéral de Laval-Les Îles, Fayçal El-Khoury, qui est lui-même d’origine libanaise, indique travailler en étroite relation avec le ministre Champagne depuis la tragédie survenue à Beyrouth. C'est lui qui a coordonné les communications entre le ministre canadien et son homologue libanais, qui a d’ailleurs occupé le poste de consul du Liban à Montréal de 1995 à 2000.

M. El-Khoury dans son bureau à Laval

Photo d'archives du député fédéral libéral Fayçal El-Khoury

Soyez sûrs que [le gouvernement canadien] fera tout son possible pour s’assurer que l’argent ou toute aide fournie sera acheminée aux personnes en besoin.

Fayçal El-Khoury, député fédéral de Laval-Les Îles

En temps de catastrophe, le temps n’est pas à la critique, croit le député. Il faut plutôt offrir l’aide nécessaire pour combler les besoins en matière d'opérations de secours, de médicaments et d'équipements médicaux.

Il y a beaucoup d’hôpitaux qui ne sont plus fonctionnels, dit-il. Il y a aussi la nécessité de reconstruire les maisons endommagées, il faut envoyer des matériaux de construction, mais c’est compliqué étant donné que le port a été détruit.

De l'aide à la Croix-Rouge

M. El-Khoury affirme également avoir fait part de son opinion personnelle au ministre Champagne sur qui doit bénéficier de l’aide canadienne et sur la façon de la distribuer. Il refuse toutefois de fournir des détails, mais souhaite voir l’ambassade du Canada au Liban jouer un rôle dans la gestion des fonds alloués.

Comme député fédéral, je vais m’assurer que l’argent des contribuables canadiens sera destiné aux bons endroits. Je l’ai dit au ministre Champagne, je n’ai pas confiance en la classe politique au Liban et j’ai demandé que cet argent soit envoyé à Croix-Rouge et aux nombreuses organisations non gouvernementales sur le terrain.

Fayçal El-Khoury

Le gouvernement fédéral n’a pas non plus exclu la proposition du Bloc québécois, qui demande à Ottawa de donner à la Croix-Rouge le même montant d'argent que celui offert par l'ensemble de la population canadienne.

M. El-Khoury confirme par ailleurs qu’une annonce sera faite bientôt à ce sujet, tout en appelant les Canadiens à donner généreusement à la Croix-Rouge.

Le député tient enfin à remercier le ministre Champagne qui, selon lui, travaille jour et nuit pour le Liban, et assure que le Canada travaille conjointement avec la France et le reste de la communauté internationale pour aider le Liban. Toute la communauté internationale s’en va dans la même direction, insiste-t-il.

À Montréal, un groupe Facebook qui compte près de 500 membres de la diaspora appelle la communauté à manifester aujourd’hui devant le consulat du Liban à Montréal contre le régime criminel […] pour exiger justice et imputabilité immédiatement. Baptisé Diaspora unie à Montréal (ou Meghterbin Mejtemiin), le groupe a été créé en solidarité avec les soulèvements populaires d’octobre 2019 au Liban contre le système confessionnel en place depuis des décennies.

Nous n'oublierons jamais, nous ne pardonnerons jamais, promettent-ils.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !