•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grêle, pluie, temps sec : jardiner en Alberta relève du défi

Une fleur de jardin.

En Alberta, à cause du climat sec, il est souvent plus facile de faire pousser des fleurs que des légumes. Les légumes ont beaucoup plus besoin d'humidité pour se développer.

Photo : Radio-Canada / Charlotte Dumoulin

Charlotte Dumoulin

En Alberta, les passionnés de jardinage doivent affronter toutes sortes d'intempéries. De la grêle aux tornades, en passant par des températures basses, l'été 2020 est loin d'être atypique. Des experts nous dévoilent leurs secrets pour y faire face.

Le microclimat de Calgary ne fait pas peur à Evan Hendricks. L'homme de 28 ans fait pousser presque de tout : des mûres, des framboises, des cerises, des fleurs et plus d'une trentaine de variétés de légumes.

Toutefois, cette année, pour la première fois, il a dû fabriquer des abris pour protéger son jardin contre les tempêtes de grêle qui se sont produites très tôt, ce qui est anormal, dans la saison.

Mes fleurs ont perdu leurs feuilles et leurs pétales dans l'orage, la grêle a aussi brisé des feuilles de laitue, raconte-t-il.

De miniserres derrière une résidence.

Evan Hendricks se prépare à la prochaine tempête de grêle.

Photo : Evan Hendricks

Pour protéger son jardin, Evan Hendrick a recouvert sa pergola d'une couverture antigrêle. Il a aussi construit au-dessus de certaines plantes des structures en bois qu'il a recouvertes de verre.

Dame nature peut détruire toutes les plantes que je cultive, mais je vais continuer à les faire pousser chaque année, dit l'homme avec audace.

Sauver son jardin

En Alberta, on devrait toujours s'attendre à ce qu'il arrive quelque chose à notre jardin, affirme Janet Melrose, présidente de l'Association des maîtres jardiniers de l'Alberta (MGAA). C'est une erreur de penser le contraire.

Chaque année, que ce soit la fumée provenant des feux de forêt, la sécheresse ou la grêle, il faut faire face à différentes menaces. C'est donc une bonne idée, selon elle, de suivre l'exemple d'Evan Hendricks et d'abriter ses plantes.

Cependant, pour ceux qui n'ont pas d'abri, après un épisode de grêle, il vaut mieux ne pas se précipiter dans le jardin pour ramasser les dégâts et arracher immédiatement les plantes qui sont brisées. Janet Melrose leur recommande plutôt d'attendre que les fleurs sèchent, car certaines se relèveront d'elles-mêmes.

C'est surprenant de voir que, rapidement, certaines plantes s'en remettront.

Janet Melrose, présidente, Association des maîtres jardiniers de l'Alberta

En raison de ces événements météorologiques, il faut aussi s'attendre à ce qu'un jardin en sol albertain ne soit jamais parfait, ajoute-t-elle. Or, il y a des régions dans la province où de meilleurs résultats peuvent être obtenus. Les plantes poussent souvent plus aisément, par exemple, à Edmonton, à Medecine Hat et à Lethbridge.

À cause de nos montagnes et de l'altitude à Calgary, le climat est plus difficile [pour les jardins] comparativement à d'autres endroits dans le monde, explique Natasha Guillot, directrice générale de la Société d'horticulture de Calgary.

Dès que les météorologues annoncent de la grêle, celle-ci protège rapidement ses plantes avec des parapluies ou des boîtes.

Légumes ou fleurs?

Il faut s'armer de patience et faire les bons choix pour cultiver des légumes dans les Prairies. On essaie le plus possible de s'éloigner des plantes qui ont besoin de chaleur, précise Natasha Guillot, par exemple, les concombres, les tomates et les aubergines.

Des tomates.

Les tomates se cultivent plus difficilement en Alberta, car elles ont besoin de beaucoup de chaleur.

Photo : Radio-Canada

On obtient davantage de succès en Alberta en choisissant des légumes qui poussent sous la terre comme les pommes de terre, les betteraves et les carottes.

Les fleurs qui poussent le mieux sont celles qui sont indigènes : anémone, clématite, Rosa acicularis, etc.

Selon Janet Melrose, si le jardinage en Alberta représente un plus grand défi qu'ailleurs, le fait de le relever apporte une plus grande satisfaction et rend l'activité beaucoup plus divertissante.

Si rien n'arrive pendant la saison, c'est un peu trop facile, lance-t-elle en riant.

Cependant, le mois d'août risque d'apporter un peu de répit et des récompenses pour le travail des jardiniers en Alberta. Les températures plus élevées des derniers jours et prévues au cours des prochaines semaines donneront un petit coup de pouce à leurs plantes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !