•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des projets pour protéger les côtes à Sept-Îles obtiennent du financement de Québec

Un exemple de l'érosion des berges en Côte-Nord.

Un exemple de l'érosion des berges en Côte-Nord (archives).

Photo : Jacques Gélineau

Radio-Canada

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) obtient un financement de 1,8 million de dollars de la part du ministère de la Sécurité publique pour des projets de prévision de submersion côtière pilotés à Sept-Îles.

La ministre Geneviève Guilbault en a fait l’annonce lors de son passage à Sainte-Luce, dans le Bas-Saint-Laurent.

Pour bien connaître la problématique, il nous faut l’apport des scientifiques, a déclaré la ministre avant de présenter les deux projets financés.

La Chaire de recherche en géoscience côtière de l’UQAR dirige depuis le printemps dernier un projet de recherche visant à cartographier de manière plus précise les zones à risque de submersion côtière à Sept-Îles.

Ce projet a déjà obtenu un financement de 926 084 $ de la part du ministère de la Sécurité publique en février dernier. L'annonce de jeudi inclut d'ailleurs cette somme, a précisé le Ministère dans un courriel envoyé à Radio-Canada.

Ce projet a été instigué dans la foulée d’une importante tempête à l’hiver 2016 qui avait causé beaucoup de ravages dans la ville.

L’impact a été associé à des phénomènes de submersion côtière. La Ville de Sept-Îles a donc voulu produire une analyse de risques et c’est ce que nous allons faire dans le cadre de ce projet, explique Pascal Bernatchez, titulaire de la Chaire de recherche.

Cette analyse, qui tiendra compte des impacts liés aux changements climatiques, servira à identifier les zones plus à risque d’érosion et de submersion côtières. La Municipalité de Sept-Îles pourra ainsi se doter d’un zonage qui protégera les infrastructures côtières.

Les données du projet seront également utilisées par le ministère de la Sécurité publique pour identifier les meilleures solutions pour protéger les populations côtières.

Le littoral de Sept-Îles sera notamment cartographié de manière précise à l’aide d’un système de laser.

Mieux diriger les équipes d'urgence

Le deuxième projet qui obtient du financement de Québec est celui du développement d’un système de prévision des niveaux d’eau.

Il y a déjà le centre météorologique canadien qui fait des prévisions de vagues au large, mais qui va généralement couvrir une grande région, explique M. Bernatchez.

Le but du projet sera donc de simuler l’arrivée de ces vagues côtières sur la côte et de prévoir le niveau de l’eau en tenant compte de la morphologie côtière.

À partir de ces prévisions-là, on va être en mesure de déterminer de manière assez précise le niveau d’eau à la côte et les endroits où il va y avoir des débordements, ajoute le chercheur. Les gens qui ont justement à se déployer lorsqu’il y a des tempêtes et des sinistres auront un outil qui permettra de cibler localement où auront à être déployées les équipes d’urgence.

Ces deux projets doivent être complétés d’ici trois ans.

Avec les informations de Michaele Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !