•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peter Khill en appel devant la Cour suprême du Canada

Peter Khill marche sur le trottoir.

Peter Khill a été déclaré non coupable de meurtre au deuxième degré, pour avoir tué Jon Styres en février 2016.

Photo : La Presse canadienne / Colin Perkel

Radio-Canada

La Cour suprême du Canada a accepté jeudi d'entendre l'appel de Peter Khill, un homme de la région de Hamilton, qui a tué Jon Styres, un jeune Autochtone membre des Six Nations de la rivière Grand, alors que celui-ci tentait de voler son véhicule en 2016.

Les avocats de M. Khill ont déposé une demande d'appel au plus haut tribunal du pays à la suite d'une décision de la Cour d'appel de l'Ontario, qui infirmait le verdict de non-culpabilité de leur client et ordonnait un nouveau procès.

M. Khill avait été déclaré non coupable à l'issue d'un procès de 12 jours, plaidant avoir agi en légitime défense au moment de tirer à bout portant sur Jon Styres la nuit du 4 février 2016, alors que ce dernier tentait de voler son véhicule.

La Couronne a depuis fait appel de ce verdict de non-culpabilité.

En février dernier, la Cour d'appel de l'Ontario a rendu une décision unanime, affirmant que le juge de première instance n'avait pas instruit les jurés de prendre en compte la conduite de M. Khill jusqu'au moment où les coups de fusil ont été tirés et Jon Styres tué.

Ce manquement a laissé les jurés mal équipés pour s'attaquer à ce qui aurait pu être une question cruciale dans l'évaluation du caractère raisonnable de l'acte de M. Khill, peut-on lire dans les 48 pages de la décision.

Un nouveau procès a donc été ordonné devant la Cour suprême du Canada.

Le plus haut tribunal du pays a rendu sa décision, jeudi, affirmant que la demande d'appel de l'équipe juridique de M. Khill avait été accordée. L'accusé s'adresse donc à la Cour suprême pour ne pas avoir à être jugé de nouveau.

Selon les avocats de M. Khill, la décision de la Cour d'appel de l’Ontario a fondamentalement modifié l’interprétation de la notion de légitime défense au Canada.

La seule chose raisonnable à faire est d'appeler la police, de se cacher dans l'obscurité sous nos lits et d'espérer que l'aide arrive avant que le criminel n'envahisse notre maison et ne nous tue, nous et nos proches, font-ils valoir dans des observations datées d’avril 2020.

Dans leur requête, les avocats de Khill ont déclaré que les agissements de leur client avant la fusillade ne devaient en aucun cas changer le fait qu'il avait tiré en légitime défense.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !