•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils découvrent une lance de 5000 ans en labourant

La lance, sculptée dans de la pierre orangée, est déposée dans un coffret de conservation.

La lance, vieille de 5000 ans, a été découverte dans un champ de la région de Sainte-Florence, au Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Félix Morrissette-Beaulieu

Des agriculteurs de la région de Sainte-Florence, dans le Bas-Saint-Laurent, ont découvert une pointe de projectile datant d’environ 5000 ans en labourant leurs champs. Récit d'une découverte à valeur historique exceptionnelle.

L’histoire est digne d’un film et commence au mois de juin 2019 lorsque Martin Simard, un agriculteur de Sainte-Florence, près d’Amqui, prépare le champ d'un autre agriculteur à la retraite, Michel Pelletier.

Lors de son labeur, M. Simard remarque la présence d’une roche si particulière qu’il décide de contacter le propriétaire du champ.

Amateur d’histoire, M. Pelletier réalise aussitôt qu’il ne s’agit pas d’un objet anodin.

J’ai toujours labouré et cultivé la terre. Je n’ai jamais trouvé ce type de roche sur ma propriété, s’étonne Michel Pelletier, agriculteur jusqu'à sa retraite récente.

Selon une analyse du ministère de la Culture et des Communications du Québec, l'objet daterait de la période de l’Archaïque récent, soit entre 5 500 ans et 3000 ans avant aujourd’hui.

Selon une analyse du ministère de la Culture et des Communications du Québec, l'objet daterait de la période de l’Archaïque récent, soit entre 5 500 ans et 3000 ans avant aujourd’hui.

Photo : Michel Pelletier

Concours de circonstances

Un enchaînement de circonstances permet ensuite d'identifier l’objet.

Le neveu de M. Pelletier prend une photo de la pointe et l'apporte à Miguasha, un village gaspésien reconnu pour ses fossiles et, par le fait même, la présence d’archéologues.

Une photo est aussi acheminée au Laboratoire d'archéologie et de patrimoine de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR). Rapidement, Manon Savard, professeure de géographie et archéologue, constate qu’il s’agit d’un objet exceptionnel.

On reçoit régulièrement ce type d’appel là, les gens pensent avoir trouvé une forme de flèche. Lorsqu’il a envoyé la photo, on a fait : Oh! C’est une découverte vraiment importante et significative, se rappelle la chercheuse.

Mireille Salter et Martin Simard ont fait la découverte avant d'aviser les propriétaires de la terre, Michel Pelletier Aline Richard.

Mireille Salter et Martin Simard ont fait la découverte avant d'aviser les propriétaires de la terre, Michel Pelletier Aline Richard.

Photo : MRC de Matapédia

Manon Savard rencontre finalement M. Pelletier à Miguasha, quelques jours plus tard, et voit l’objet de ses propres yeux. C’est une pointe de projectile. Elle date de la période de l’archaïque récent. Ça nous situe entre 5500 ans et 3000 ans avant aujourd’hui, précise l’archéologue.

Une analyse menée par le ministère de la Culture et des Communications, à Québec, confirme la valeur de l'artefact.

On ne parle plus de 1534, on ne parle pas de Jacques Cartier, de Champlain, de Roberval ou de Jeanne Mance, c’est bien plus loin que ça, se réjouit M. Pelletier, en riant.

La lance, vieille de 5000 ans, a été découverte dans un champ de la région de Sainte-Florence, au Bas-Saint-Laurent.

La lance, vieille de 5000 ans, a été découverte dans un champ de la région de Sainte-Florence, au Bas-Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Toujours propriétaire

Au Québec, le propriétaire du lieu où a été faite une découverte archéologique devient le propriétaire de l'objet. Michel Pelletier a décidé de partager la lance avec Martin Simard.

Pour le moment, M. Pelletier souhaite aussi partager l’objet avec des amateurs d’histoire et peut être, un jour, le prêter à un musée.

Si ça peut faire améliorer les recherches sur les contacts entre les peuples amérindiens, ça serait très intéressant. Il faut en faire profiter les gens que ça intéresse. Il faut le protéger, souligne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !