•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégations : le fondateur d’un organisme réginois en congé le temps d’une enquête

Kim Sutherland en entrevue à la CBC.

La nature des allégations qui ont fait en sorte que Kim Sutherland soit en congé n'a pas été dévoilée.

Photo : CBC

Radio-Canada

Kim Sutherland, le fondateur et PDG de Street Culture Project, un organisme à but non lucratif de Regina qui travaille auprès des jeunes vulnérables, est en congé après que des allégations, dont la nature n'a pas été dévoilée, ont fait surface.

Le coprésident du conseil d’administration de l’organisme, Joey Tremblay, en a fait l’annonce mercredi sans toutefois préciser la nature de ces allégations. Il a cependant mentionné que Kim Sutherland serait à l’écart en attendant les résultats d’une enquête menée par une tierce partie.

Joey Tremblay n’a pas voulu non plus préciser si ce congé était avec ou sans solde.

La semaine dernière, le directeur administratif de l’organisme, Dustin Browne, avait démissionné de son poste après que des allégations de harcèlement sexuel à son encontre eurent été publiées sur un compte Instagram de dénonciation.

Gros plan sur le visage de Dustin Browne répond aux questions du journaliste.

Au début de la pandémie, Dustin Browne avait invité la population à donner aux refuges qui viennent en aide aux personnes les plus vulnérables le montant de leur coupe de cheveux régulière.

Photo : Mike Zartler

Joey Tremblay a mentionné que les dirigeants de Street Culture Projetct se sont mobilisés immédiatement pour la mise en place d’une enquête par un tiers qui comprend un site web sécurisé où des plaintes peuvent être déposées contre le personnel, les bénévoles ou les membres du conseil d’administration.

Donna Sigmeth a été choisie par un comité composé des membres du conseil d’administration et de la direction de l’organisme pour examiner les plaintes. Elle devra ensuite présenter un rapport au conseil d’administration qui, selon le site web de l’organisme, comprend le père de Dustin Browne, Darryl.

Selon Joey Tremblay, l’enquête pourrait se terminer dans trois mois.

Avec la démission de Dustin Browne et le congé de Kim Sutherland, une équipe de direction temporaire a été mise en place pour gérer les opérations quotidiennes de l’organisme, qui travaille avec les jeunes vulnérables de Regina dans le cadre de programmes, d’offres de travail et de mentorat.

Un climat de travail toxique

La publication anonyme sur le compte de dénonciation Survivor’s Stories Regina décrivait un harceleur sexuel en série au sein de l’organisme, sans nommer Dustin Browne.

L’auteur avait décrit un organisme qui demeure toxique et dans lequel le harcèlement sexuel est presque quotidien : Cet individu voyait les jeunes comme des objets sexuels, convoitait des adolescentes vulnérables et de jeunes étudiants en stage.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !