•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quadriplégique après avoir sauté dans un lac, il raconte son histoire

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Portrait de Dominic Frappier.

Dominic Frappier est resté paralysé après avoir plongé dans un lac.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Dominic Frappier faisait partie des équipes de football et d'athlétisme du Vert et Or avant de devenir quadriplégique après avoir plongé dans les eaux peu profondes d’un lac, l’an passé. De retour à Sherbrooke après plus d’un an de réhabilitation, il raconte son histoire afin de sensibiliser les jeunes.

Un soir de juin 2019, alors qu'il célébrait la fin de son baccalauréat en kinésiologie à l'Université de Sherbrooke, la vie du jeune homme de 25 ans a basculé.

On avait loué des chambres à l'hôtel du Lac Taureau, comme la majorité des cohortes, et j'ai décidé de plonger au bout du quai. C'était un haut fond et je me suis fracturé la vertèbre C5, C6, ce qui m'a rendu quadriplégique, se raconte-t-il.

Les bras et les jambes du jeune homme sont affectés. Tout ce qui est en bas des pectoraux, j’ai peu ou pas de contractions musculaires ou de muscles fonctionnels, explique-t-il.

Pour ce grand sportif, qui a évolué au sein des équipes de football et d'athlétisme du Vert et Or pendant ses cinq années d’études, c'est le choc. Tu ne veux jamais entendre un diagnostic aussi grave que ça. C'est sûr que ça a été un bon coup, autant pour moi que pour ma famille et mes proches, poursuit-il.

Dominic Frappier.

Dominic Frappier

Photo : Facebook / Dominic Frappier

Après 13 mois de passés à l'Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal et une chirurgie de transfert nerveux, le voici enfin auprès de sa famille, à Sherbrooke. Ses parents l'épauleront pour retrouver un maximum d'autonomie.

C'est une victoire au quotidien, chaque jour je m'améliore. Je suis capable de faire de plus en plus de choses que je ne pensais pas faire, comme m’habiller seul et mettre mes souliers tout seul.

Dominic Frappier

Un jeune homme optimiste

Même s'il a traversé des moments difficiles, le jeune homme regarde droit devant. Quand l'adversité frappe, on se doit de rester toujours le plus fort possible, indique-t-il.

Le père du jeune homme, Alain Frappier, dit être admiratif devant la résilience de son fils. Il est inspirant pour plein de personnes et il va faire sa marque dans la vie. C’est un optimiste, un fonceur. Il tient ça de son père, dit-il, le sourire aux lèvres.

Pour M. Frappier, le fait que son fils soit en vie est tout ce qui compte. Dominic est encore là. Il a toute sa tête, toujours agréable à côtoyer. Pour un parent, c’est un beau cadeau, explique-t-il.

Dominic Frappier espère retourner sur les bancs de l’école en hiver pour suivre un cursus dans l’administration du sport. Mon corps ne fonctionne pas comme je le veux, mais ma tête est toujours là, dit-il.

J’ai les mêmes rêves que lorsque j’avais mes jambes, il y a un an.

Dominic Frappier

Cet été, au moins 5 jeunes ont subi des fractures à la colonne cervicale lors d'un plongeon dans des circonstances similaires à l’accident du Sherbrookois. Ce dernier souhaite sensibiliser les jeunes aux dangers du plongeon.

Si je peux sensibiliser une seule personne pour qu’elle évite de faire ça, mon devoir sera fait, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !