•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des filiales des légions au bord de la faillite malgré l'aide du gouvernement Ford

Un homme cuisine.

À Capreol, dans le Grand Sudbury, la filiale locale des légions organisait des « Fish N Fry » hebdomadaires afin de récolter des fonds. (archive)

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Malgré l'annonce d'un nouveau fond de 83 M$ pour venir en aide aux organismes à but non lucratif, des filiales ontariennes de la Légion royale canadienne risquent toujours la faillite.

Le Fonds pour les communautés résilientes présenté mercredi par le gouvernement de Doug Ford propose jusqu’à 150 000 $ pour la formation de personnel et pour acquérir de l'équipement aux organismes admissibles.

Certaines des légions sont au bord de la faillite, car ils ne peuvent pas payer leurs factures d'Hydro One, leurs factures courantes, explique Garry Pond, président de la section ontarienne de la Légion royale canadienne. Je ne crois pas que cette annonce changera quoi que ce soit à cela.

Selon lui, une quinzaine de filiales des légions, qui sont à l’arrêt depuis le début de la pandémie, devront fermer boutique avant même la reprise de leurs activités, à moins que le gouvernement n’offre une aide financière d’urgence couvrant leurs frais opérationnels.

Le NPD, opposition officielle à l'Assemblée législative de l'Ontario, soutient pour sa part que près d'une filiale sur 10 de la Légion royale canadienne sont aux prises avec d’importantes difficultés financières.

Je suis optimiste, mais prudent. Je pense que cette annonce va profiter aux légions qui vont survivre à la pandémie, et qu’ils pourront financer certains projets avec le support de la Fondation Trillium de l’Ontario.

Garry Pond, président de la section ontarienne de la Légion royale canadienne
DSC01233

Des filiales de la Légion royale canadienne existent partout au pays.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Jusqu’à présent, les filiales ontariennes de la Légion royale canadienne n’ont pu bénéficier d’aucune aide provinciale pour traverser la crise de la pandémie, selon M. Pond. Et comme la plupart des légions s’appuient sur le travail de bénévoles, rares sont celles ayant pu profiter de la subvention salariale d’urgence du gouvernement fédéral.

De par leur nature, les légions survivent financièrement grâce aux gens qui viennent y discuter et prendre une bière. Et l’une de nos sources de revenus les plus importantes est la location de nos salles. [...] En ce moment, rien de tout ça n’est réellement possible, se désole M. Pond.

En juillet, la députée du NPD de Nickel Belt, France Gélinas, avait écrit une lettre au premier ministre Doug Ford affirmant que plusieurs succursales de la légion de son comté croulaient sous les factures d’électricité et d’assurances.

Aujourd’hui, elle soutient que l’annonce de la province ne répond pas aux inquiétudes des légions.

M. Ford parle des légions avec beaucoup d’empathie, dit-elle, faisant référence au discours chaleureux du premier ministre lors de l’annonce du Fonds des communautés résilientes, mercredi. Mais il se retourne de bord pour leur offrir un programme dont elles n’ont pas besoin, sans leur donner ce dont elles ont réellement besoin : des fonds opérationnels.

C’est presque insultant de voir ça

France Gélinas, député du NPD de Nickel Belt
France Gélinas s'adresse aux médias en compagnie de Lucille Ouellette et Richard Lévesque.

France Gélinas, au centre, représente les citoyens de Nickel Belt à Queen's Park depuis 2007.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Pas d'argent frais

L’Ontario Nonprofit Network (ONN) salue pour sa part le fait que de nouveaux fonds soient débloqués pour les organismes à but non lucratif.

Il souligne toutefois qu’il ne s’agit pas de dollars frais, mais de la réaffectation de sommes précédemment allouées aux volets des subventions de croissance et des subventions d’immobilisations de la FTO pour l’année 2020.

L’organisme continue de demander au gouvernement de Doug Ford un fonds de stabilisation de 680 millions de dollars pour toutes les organisations à but non lucratif de l'Ontario.

L’ONN propose d'offrir 90 % de ce montant sous forme de bourses non remboursables pouvant être utilisées pour les frais opérationnels des organismes.

Le cabinet du premier ministre n'a pas donné suite à notre demande d'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !