•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nitrate d’ammonium transite régulièrement au port de Bécancour

Substance à l'origine de l'explosion au port de Beyrouth

Des conteneurs empilés.

Parc industriel et portuaire de Bécancour.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Selon le président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, dès qu’un port fait affaire avec une société minière, cette matière dangereuse y est inévitablement manipulée et entreposée.

La substance entre dans la fabrication d'explosifs dont se servent les minières pour extraire le minerai. Le nitrate d'ammonium est également utilisé dans la fabrication d’engrais.

La Société du parc industriel et portuaire de Bécancour l’entrepose dans des réservoirs situés à l'entrée de la zone portuaire.

Son président-directeur général ne pense toutefois pas qu'une catastrophe del'ampleur de celle de Beyrouth puisse survenir dans la région.

Ici, comparativement à ce qui est arrivé à Beyrouth, il y a des normes excessivement sévères concernant la manipulation et l'entreposage, affirme M. Richard. Dans notre cas, ça arrive par camion. C'est entreposé quelques heures ici et maximum quelques jours.

C'est sous surveillance d'humains et de caméra et c'est mis à bord de bateau avec des quantités maximales autorisées. C'est excessivement contrôlé.

Maurice Richard, président-directeur général

L'événement au Liban est un incitatif, selon lui, pour analyser les normes de transport et d'entreposage de cette matière.

Suite à ce qui vient de se passer à Beyrouth, il va y avoir un bilan. Ce qu'on va constater, c'est justement ce qu'il ne faut pas faire. Il va y avoir inévitablement une réflexion encore plus approfondie sur nos normes et nos réglementations, parce qu'on peut toujours les bonifier, explique-t-il.

En novembre 2019, un exercice de sécurité civile sur la gestion du nitrate d'ammonium a eu lieu au port entre les entreprises du parc industriel, le service d'incendie de Bécancour et le gouvernement provincial. Le service d'incendie avait pu notamment pratiquer sa procédure d’intervention en cas d'accident impliquant des matières dangereuses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !