•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festivals permis : soulagement pour plusieurs organisateurs en Abitibi-Témiscamingue

6 hommes font de la musique sur une scène.

Le groupe Despised Icon à Rouyn-Noranda au FME en 2019.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Des organisateurs de festivals en Abitibi-Témiscamingue se réjouissent de la nouvelle étape de déconfinement dans le milieu culturel.

Les événements et festivals sont à nouveau permis à l'intérieur et à l'extérieur. Ils pourront accueillir 250 personnes sur un même site à la fois.

Émilie Villeneuve, directrice générale du Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, se dit soulagée.

On avait quand même des communications avec le ministère de la Culture aussi par rapport à la fréquentation des salles de spectacles, donc on s’attendait quand même à cette limite de 250 personnes. On va sûrement avoir un plan sanitaire assez précis qui va sortir, donc avec des règles qui vont devoir suivre donc tout ça ne nous surprend pas. On avait quand même déjà commencé à planifier nos activités en fonction de ces règles de la COVID inévitable, dit-elle. Ça confirme qu’on n’a pas fait ça pour rien, ajoute Émilie Villeneuve.

Pour nous, c’est important d’amener du cinéma, de la fête et de l’humain aussi au Témiscabitibien.

Émilie Villeneuve

Elle trouvait important de pouvoir créer un événement en salle afin de permettre à la population de vivre ces moments ensemble, tout en respectant les consignes.

FME

La fermeture des frontières et la quarantaine obligatoire dans certaines provinces représentent encore un défi en ce qui a trait aux invités des festivals. Par exemple, l’équipe du Festival de musique émergente (FME) se concentre sur les artistes canadiens.

Même Québécois, quand on pense aux frontières du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, qui demande une quarantaine au retour des artistes, ce n’est pas facile de ce côté-là non plus, précise la directrice générale Magali Monderie-Larouche.

Salle de spectacle vide.

Le milieu culturel a beaucoup souffert des effets de la pandémie.

Photo : Unsplash / Tyler Callahan

Alors que plusieurs organisations ont annulé leurs projets cet été, le FME s’est permis de sortir de Rouyn-Noranda avec la formule Au pays des pick-up. La population de la région a pu profiter, à la maison, de spectacles ambulants à Amos, La Sarre, St-Bruno-de-Guigues, Val-d’Or.

Les gens de Rouyn-Noranda et de partout dans la région sont assez extraordinaires. Ils ont vraiment participé, ils ont mis leur masque et se sont tenus ensemble en famille sur les pelouses. On est vraiment content, dit-elle.

L’équipe prépare également la prochaine édition du festival prévu au début du mois de septembre. Ce qui planait un peu au-dessus de la tête de tous les événements qui étaient comme nous sur la limite, c’est que le décret continue. C’est un peu ça qui était la peur de tout le monde. Avec ça, on s’est dit non, on ne recule plus, on avance , assure Magali Monderie-Larouche.

Osisko en lumière

L'organisation d'Osisko en lumière n'a pas l'intention pour l'instant de dévoiler les sites des feux pyrotechniques qui débutent jeudi soir. Il pourrait cependant y avoir quelques surprises pour les festivaliers suite à cette annonce du gouvernement du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !