•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réalité virtuelle pour relancer le tourisme autochtone

Une danse traditionnelle autochtone.

Les expériences culturelles autochtones que prévoit offrir virtuellement Indigenous Tourism Ontario pourraient inclure des pow-wow.

Photo :  CBC / Yvon Theriault

Des gens de partout dans le monde pourraient bientôt vivre des expériences culturelles autochtones du confort de leur maison. Grâce à la réalité virtuelle, l’organisme Indigenous Tourism Ontario veut permettre à des entrepreneurs autochtones du secteur touristique ontarien de faire découvrir leurs produits à un public plus large et se remettre du lourd impact financier de la crise sanitaire.

Selon le président-directeur général d’Indigenous Tourism Ontario, Kevin Eshkawkogan, la nouvelle initiative, qui sera développée en collaboration avec l’entreprise spécialisée en technologies numériques ORIGIN, devrait permettre une offre illimitée d’expériences culturelles, allant des excursions en canot ou en véhicules tout terrain aux expériences culinaires

Nous voulons rendre cela accessible à ceux qui ne peuvent pas voyager pendant la pandémie, mais aussi à ceux qui pourraient ne pas avoir les moyens financiers de voyager en Ontario de l’étranger, explique-t-il.

Un homme avec un complet devant une pancarte.

Kevin Eshkawkogan est le président-directeur général d'Indigenous Tourism Ontario.

Photo :  CBC / Angela Gemmill

Le projet est à l’état embryonnaire et les deux partenaires élaborent toujours une liste préliminaire des produits culturels qu’ils aimeraient offrir sur la plateforme numérique ImmersiveLink Cultural App conçue par ORIGIN. Lorsqu’elle sera prête, un appel sera lancé aux entrepreneurs autochtones ontariens afin de les inviter à soumettre leurs idées.

On pourra avoir presque n’importe quoi là-dessus, mais l’élément-clé qui sera incorporé à toutes ces expériences, c'est qu’elles seront offertes selon les termes des peuples autochtones. Nous ne fournissons que l’infrastructure.

Kevin Eshkawkogan, président-directeur général d’Indigenous Tourism Ontario  

Venir en aide aux entrepreneurs durement touchés par la pandémie

La crise sanitaire est survenue alors qu’Indigenous Tourism Ontario était sur le point d’entamer l’élaboration de son plan stratégique quinquennal.

Nous avons passé beaucoup de temps à mettre en place un plan de relance après la crise de la COVID-19. Étant donné que, ces jours-ci, certaines restrictions empêchent les gens de voyager spécifiquement dans des Premières Nations, il était important pour nous de trouver des moyens additionnels pour les entreprises autochtones du secteur touristique de rester actives, tout en gardant leur philosophie, fait savoir Kevin Eshkawkogan.

Un homme qui porte un casque de réalité virtuelle.

Sur son application ImmersiveLink, l'entreprise ORIGIN offre des expériences immersives dans des pratiques et coutumes autochtones grâce à la réalité virtuelle.

Photo : ORIGIN

La réalité virtuelle s’est ainsi imposée comme étant une voie de sortie naturelle de la crise. Son impact a d'ailleurs été, jusqu’à présent, très triste et dévastateur à plusieurs égards pour les entreprises autochtones de l’industrie touristique, selon M. Eshkawkogan.

Plusieurs de nos entreprises sont relativement nouvelles [...] et sont plus vulnérables à une pandémie ou toute autre crise d’ailleurs. Nous apprenons que des entreprises ferment presque chaque jour. Certaines ont perdu 100 % de leurs revenus pour cette année. Même si le tourisme autochtone existe depuis des centaines, voire des milliers d’années, nous sommes toujours fragiles et nous essayons toujours d’adapter ce secteur à la période actuelle.

Kevin Eshkawkogan, président-directeur général d’Indigenous Tourism Ontario

Il espère ainsi que l’offre virtuelle – qui restera disponible même après la pandémie – permettra aux entreprises touristiques de demeurer [financièrement] viables pendant une plus longue période.

Mettre en valeur le savoir autochtone

La propriétaire d’ORIGIN, Melissa Hardy-Giles, explique que les expériences de réalité virtuelle seront conçues de manière à aider les utilisateurs à comprendre ce à quoi ils devraient s’attendre d’une expérience de tourisme. L'entreprise offre déjà des programmes d'exploration de carrière dans plus de 900 écoles ontariennes.

Ce sera en quelque sorte un aperçu de l’expérience réelle. On est pleinement immergé, c’est comme si on était sur place, affirme-t-elle.

Elle espère que l’initiative incitera des personnes vivant en dehors de l’Ontario et même du pays à vouloir découvrir les peuples autochtones de la province.

C’est une solution intéressante en ces temps difficiles, parce que nous pouvons mettre en valeur, capturer, préserver notre savoir autochtone et le promouvoir de cette manière.

Melissa Hardy-Giles, propriétaire d’ORIGIN

Pour M. Eshkawkogan, un avant-goût virtuel pourrait également permettre à des visiteurs éventuels – après la crise sanitaire – de savoir à quoi s’attendre et savoir qu’ils doivent être respectueux des cultures et des coutumes des communautés qu’ils visitent.

C’est une opportunité aussi pour les entrepreneurs de diversifier leur modèle d’affaires afin d’inclure quelque chose de révolutionnaire et qu’ils peuvent contrôler pour éviter l’exploitation et l’appropriation des cultures autochtones qu’on a vues historiquement

Un potentiel effet d’entraînement

La spécialiste en tourisme francophone pour Destination Nord de l’Ontario Marla Tremblay estime que si l’initiative de Tourism Indigenous Ontario a du succès, davantage d’entreprises touristiques ontariennes pourraient être tentées d'adopter la réalité virtuelle comme mode de promotion.

Des fois, les crises forcent les gens à faire les choses de façon différente et à voir des opportunités qu’ils n’auraient pas considérées avant. Il en faut toujours un qui commence quelque chose de différent [...]. Si on regarde dans les dix dernières années, la vidéo ordinaire a eu un grand impact sur les choix de voyages des gens, mais ce n’est pas [aussi immersif que la réalité virtuelle], fait-elle savoir.

Marla Tremblay pose devant les bureaux de Tourisme North Bay, en extérieur.

Marla Tremblay est spécialiste en tourisme chez Destination Nord de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

L’expérience touristique, c’est vraiment les sentiments, les cinq sens qui touchent les gens, qui créent des souvenirs.

Marla Tremblay, spécialiste en tourisme francophone à Destination Nord de l’Ontario

Elle souligne d’ailleurs que les expériences de réalité virtuelle offertes par des exposants à des salons touristiques dans le Nord de l’Ontario sont toujours très populaires.

La date du lancement de la galerie de nouvelles expériences virtuelles touristiques n’a pas encore été annoncée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !