•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie de produits chimiques à Trois-Rivières : levée du confinement

Des émanations sont observées sur place.

Des émanations sont observées sur place.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

La Presse canadienne

Jeudi matin, la Ville de Trois-Rivières a levé l'avis de confinement qui avait été imposé la veille à cause d'un incendie dans un entrepôt de produits chimiques.

Sur son compte Twitter, la Ville suggère aux personnes qui ont des questions sur leur état de santé de composer le 811.

Une enquête est en cours actuellement sur le site alors que notre équipe d’experts, accompagnée des Services de sécurité incendie de la Ville de Trois-Rivières, est sur place afin d’étudier les causes de l’incident, a indiqué l'entreprise par voie de communiqué jeudi.

L'entreprise privilégie toutefois l'hypothèse des fortes pluies de cette semaine pour expliquer les dégâts.

Au total, 15 contenants d’hydrosulfite de sodium se seraient enflammés au cours de cette période, selon l'entreprise.

Notre équipe a mis en place rapidement le plan de mesure d’urgence de l’entreprise, accompagnée des gens de la Ville de Trois-Rivières, d’Urgences Environnement et du Centre d’Expertise en analyse environnementale du Québec, qui ont été d’une grande efficacité pour contenir le brasier et assurer la sécurité de la population environnante. Nous continuons à suivre la situation de près et travaillons en ce moment au retour des activités de façons sécuritaires et normales, a déclaré Marc Paquin, le président de l’entreprise.

Avis de confinement

Quelque 2000 ménages du secteur de Trois-Rivières-Ouest avaient reçu l'avis de rester à l'intérieur de leur domicile avec les portes et les fenêtres fermées. L'avis avait ensuite été élargi aux citoyens des secteurs limitrophes de Trois-Rivières et Cap-de-la-Madeleine.

Les autorités municipales avaient indiqué que l'avis de confinement serait levé lorsque les tests de qualité de l'air indiqueraient des niveaux acceptables.

Les flammes ont pris naissance mercredi vers 14 h 10 sur les lieux du groupe Somavrac, rue Saint-Joseph, dans le secteur de Trois-Rivières-Ouest. On y entrepose notamment de l'hydrosulfite de sodium, un agent de blanchiment pour les pâtes et papiers, ce qui a nécessité l'évacuation des commerces et des entreprises qui se trouvent dans ce secteur industriel.

Selon les premières informations, l'incendie a touché quatre petits conteneurs environ de la taille d'une voiture, selon la ville de Trois-Rivières. Il y avait 3600 kilogrammes du produit, a précisé le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

En fin de soirée, les pompiers étaient sur le point de procéder à l'extinction finale.

Des équipes d'Urgence-Environnement ont été dépêchées sur les lieux ainsi que des spécialistes du Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec, qui ont pour mandat de prélever des échantillons d'air pour en mesurer la qualité.

Les autorités craignaient les risques d'émanations de produits dangereux.

Sur son site web, le groupe Somavrac indique se spécialiser dans l'arrimage, l'entreposage, la manutention et la transformation, le transport et la distribution de produits chimiques pour diverses industries.

Selon la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, l'hydrosulfite de sodium est une matière auto-échauffante qui peut s'enflammer. Au contact de l'eau, il libère des gaz toxiques en cas d'inhalation. Il peut provoquer une irritation des yeux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !