•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plan de lutte contre le suicide en Saskatchewan : T. Durocher critique et demande une loi

Chris Merasty et Tristen Durocher marchent sur une route.

Chris Merasty et Tristen Durocher ont commencé leur périple à la marche le 2 juillet (archives).

Photo : Kandis Riese

Radio-Canada

Alors que Tristen Durocher entame son sixième jour de grève de la faim à Regina, le jeune homme critique le plan de lutte provincial contre le suicide et demande l’adoption d’une loi en ce sens pour garantir la responsabilisation du gouvernement provincial.

Selon lui, le plan de prévention de la province présenté au mois de mai dernier est un document vague, insignifiant, non légiféré, sans aucune responsabilité ni mesure pour assurer le suivi par les fonctionnaires provinciaux.

Tristen Durocher a parcouru à la marche 639 kilomètres depuis Air Ronge pour installer son tipi devant le Palais législatif de Regina. Ce dont nous avons besoin, c'est une action concrète et significative. Il faut déclarer cette situation comme une crise de santé publique , estime-t-il.

Autour de son installation, Tristen Durocher et le mouvement Walk With our Angels ont installé 89 portraits de personnes qui s'étaient enlevé la vie, des photos offertes par des familles qui pleuraient ces pertes.

Les images entourant le tipi au milieu du camp représenteraient environ 4 % des 2338 personnes mortes par suicide en Saskatchewan entre 2005 et 2019, selon les données du Service des coroners de la Saskatchewan.

Les photographies montrent un grand nombre d'expressions différentes sur des visages qui appartiennent à des adultes, à des adolescents, à des personnes âgées et à des enfants.

Une situation tragique, que Tristen Durocher explique par le désespoir dans les communautés du Nord, ne connaît pas de limite d'âge. Des enfants d'à peine 8 ans s'enlèvent la vie dans cette province , affirme le jeune militant.

Une possible rencontre avec le ministre

De multiples invitations à rencontrer le ministre responsable de la Santé dans les régions rurales, Warren Kaeding, ont été envoyées à M. Durocher, selon le vice-premier ministre, Gordon Wyant. Ce dernier a déclaré mardi que ces invitations n'avaient pas encore été acceptées.

Selon M. Wyant, le ministre responsable de la Santé dans les régions rurales a vraiment envie de rencontrer Tristen Durocher : Ainsi, nous pourrions entamer une discussion sur la manière dont nous pouvons améliorer les choses.

Tristen Durocher a confirmé qu'il y avait eu des contacts avec le gouvernement provincial pour organiser cette rencontre. Il y participerait avec un esprit ouvert, a-t-il affirmé.

Je pense que Warren Kaeding aurait dû rencontrer les habitants du nord de la Saskatchewan, la région dont il est le ministre, pour leur demander de quoi ils ont besoin, quelles sont leurs demandes, quel est le financement qui leur manque et comment il peut les aider, développe Tristen Durocher.

En juin dernier, le gouvernement de la Saskatchewan avait voté contre une proposition de loi pour mettre en place un cadre de prévention du suicide. C'est ce rejet de la loi qui a incité M. Durocher à marcher vers Regina et entamer sa grève de la faim.

Le ministre de la Santé, Jim Reiter, avait à l’époque déclaré que la position du gouvernement était que sa politique de prévention du suicide était plus souple, et donc préférable à la législation proposée.

Une attitude critiquée par Tristen Durocher : Ce n'était pas seulement de l'indifférence, c'était une négligence criminelle, c'est ce que représente ce vote [du gouvernement] et c'est pourquoi je suis ici.

Tristen Durocher a indiqué boire du thé et de l'eau en plus de prendre des suppléments de potassium pour soutenir sa santé cardiovasculaire lors de sa grève de la faim.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !