•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentat Hariri : le verdict du tribunal reporté à la suite des explosions à Beyrouth

Rafic Hariri assis sur une chaise tourne la tête pour regarder à gauche.

L'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri a été assassiné en février 2005.

Photo : Getty Images / Courtney Kealy

Agence France-Presse

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a annoncé mercredi reporter la lecture du jugement dans le procès de quatre hommes accusés d'avoir participé en 2005 à l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, à la suite des explosions qui ont ravagé Beyrouth mardi.

L'annonce du verdict, initialement prévue vendredi, est reportée au 18 août par respect pour les innombrables victimes et afin de respecter le deuil national de trois jours déclaré au Liban, a fait savoir le tribunal basé aux Pays-Bas dans un communiqué.

Le TSL s'est dit profondément attristé et choqué par les événements tragiques qui ont frappé le Liban mardi soir, exprimant sa solidarité avec le peuple libanais en ces moments difficiles.

Rafic Hariri, premier ministre jusqu'à sa démission en octobre 2004, a été tué en février 2005, lorsqu'un kamikaze a fait sauter une camionnette remplie d'explosifs au passage de son convoi blindé sur le front de mer de Beyrouth, tuant 21 autres personnes et faisant 226 blessés.

Les quatre accusés, tous membres présumés du mouvement chiite Hezbollah, sont jugés par contumace [en l'absence des personnes visées]. Le Hezbollah, qui a rejeté toute responsabilité, a refusé de livrer les suspects malgré plusieurs mandats d'arrêt émis par le TSL.

Le tribunal a également placé son drapeau en berne mercredi pour rendre hommage aux personnes qui ont perdu la vie, qui ont été blessées ou qui sont toujours portées disparues après les déflagrations qui ont dévasté plusieurs quartiers de la capitale libanaise mardi soir, causant plus de 100 morts et des milliers de blessés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !