•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne Trump conteste en cour la loi du Nevada sur le vote par correspondance

Gros plan sur Donald Trump, de profil.

Le président Donald Trump conteste d'avance l'intégrité de l'élection de novembre.

Photo : Reuters / Yuri Gripas

En guerre contre le vote par correspondance, l'équipe de campagne de Donald Trump poursuit le Nevada pour bloquer sa loi visant à faciliter le vote postal en vue de l'élection présidentielle américaine de novembre prochain.

L'action en justice, qui compte aussi comme plaignants le Comité national républicain (RNC) et le Parti républicain du Nevada, a été intentée tard mardi soir.

La poursuite allègue que la loi AB4, adoptée dans la foulée de la pandémie du coronavirus, rend la fraude électorale inévitable et mine l'intégrité même de l'élection. Des changements majeurs ou précipités confondent les électeurs, sapent la confiance dans le processus électoral et incitent à rester loin des urnes, peut-on lire dans le document de 25 pages.

Le président sortant, qui agite depuis plusieurs semaines le spectre d'une fraude électorale sans précédent et qui a même dénoncé un coup d'État illégal, avait annoncé des poursuites lundi. Les médias avaient cependant compris que c'était son administration et non son équipe de campagne qui entreprendrait les démarches judiciaires.

La loi au centre du litige, qui vise officiellement à favoriser la participation tout en préservant la santé des électeurs et des travailleurs électoraux, prévoit l'envoi de bulletins de vote postaux aux électeurs inscrits. Loin de faire figure d'exception, le Nevada est le huitième État à choisir cette option.

Le texte législatif a été adopté au cours des derniers jours par l'Assemblée et le Sénat du Nevada, tous deux à majorité démocrate, puis promulgué lundi par le gouverneur démocrate Steve Sisolak.

La poursuite vise cependant la secrétaire d'État du Nevada, Barbara Cegavske – une républicaine –, qui est responsable du processus électoral.

Un processus susceptible de s'étirer sur « des années », dit Trump

La plainte fait par ailleurs valoir la possibilité de retards dans la divulgation des résultats, citant les primaires de New York, dont les gagnants ont été dévoilés mardi après six semaines. Un argument déjà avancé par Donald Trump.

Après avoir soutenu au cours des derniers jours que les résultats du Nevada pour l'élection du 3 novembre ne seraient pas connus avant des mois, M. Trump a monté d'un cran sa rhétorique mercredi matin, évoquant cette fois des années sur les ondes de Fox News.

Si nous attendons [les résultats de] cet État, vous ne savez pas quelle va être la réponse avant peut-être sept jours, et – mais ce ne sera pas sept jours. Ça prendra des mois ou des années.

Donald Trump, président des États-Unis

Il a ensuite martelé le même message sur Twitter, affirmant que le Nevada avait ZÉRO infrastructure pour le vote par correspondance et évoquant même un désastre de corruption.

Dans un communiqué, la présidente du RNC, Ronna McDaniel, a pour sa part accusé les démocrates d'avoir changé les règles du jeu à la dernière minute pour essayer de truquer cette élection. La loi va détruire la confiance que chaque électeur mérite d'avoir en nos élections, a-t-elle déclaré.

Le président du Parti démocrate du Nevada, William McCurdy, cité par le Las Vegas Review-Journal, a de son côté reproché aux républicains de piquer une crise, alors que les États comblent le vide laissé par le manque de leadership de Trump et relèvent le défi de protéger à la fois la santé des électeurs et leur droit constitutionnel de vote.

Ce procès est une mascarade destinée à intimider les États pour les empêcher d'élargir l'accès au vote.

William McCurdy, président du Parti démocrate du Nevada

Une membre de l'équipe de réélection du président républicain sortant a accusé les démocrates du Nevada d'avoir modifié les lois électorales pour contrer la montée de Donald Trump dans cet État.

Selon la moyenne des plus récents sondages compilés par le site d'analyse de sondages FiveThirtyEight, l'avance du candidat démocrate à la présidence Joe Biden au Nevada s'est rétrécie de 2,5 points de pourcentage au cours du dernier mois, mais il reste en tête, avec 47,2 % des intentions de vote contre 41,1 % pour Donald Trump.

D'après le Las Vegas Review-Journal, les tribunaux avaient déjà rejeté plusieurs tentatives de groupes conservateurs qui avaient invoqué la menace de fraude électorale pour bloquer le vote postal lors des primaires du Nevada, tenues plus tôt cette année.

Trump encourage les Floridiens à voter par la poste

Paradoxalement, Donald Trump a cependant vanté le système de vote par correspondance de la Floride, comme il l'avait fait la veille. Floride, envoyez vos bulletins de vote!, a-t-il lancé sur Twitter, louant la qualité des infrastructures pour le vote par la poste que les deux derniers gouverneurs de la Floride, des républicains, ont selon lui mis en place.

Plusieurs médias américains ont rapporté que des élus républicains qui ont eux-mêmes adopté des mesures pour faciliter le vote postal dans leur État craignent que la croisade du président Trump ne nuise à la participation des électeurs républicains et donc, à leurs chances d'élection.

Lors d'une rencontre à la Maison-Blanche avec le président Trump, le gouverneur de l'Arizona, le républicain Doug Ducey, a d'ailleurs plaidé en faveur de ce type de scrutin dans son État, qui vote déjà largement par correspondance. Il serait difficile sinon impossible de tricher, a-t-il assuré.

En mai dernier, le président Trump avait déjà menacé le Nevada, mais aussi le Michigan, de retenir des fonds fédéraux s'ils allaient de l'avant avec le vote par la poste.

Le candidat républicain à la présidence a pourtant lui-même voté par correspondance au cours des derniers cycles électoraux.

Et, selon un recensement fait par le Washington Post, des membres de son administration, comme le vice-président Mike Pence ou le procureur général William Barr, ont déjà eu recours au vote postal, tout comme son directeur de campagne, Bill Stepien, ainsi que la présidente du RNC, Ronna McDaniel.

Donald Trump martèle que les services postaux ne sont pas prêts à gérer le volume élevé de courrier que laissent présager les élections de cette année.

De nombreux démocrates sont, de leur côté, préoccupés par les effets des nouvelles mesures imposées afin d'économiser de l'argent par le nouveau dirigeant des services postaux, un donateur important de Donald Trump. Ces services sont déjà aux prises avec d’énormes difficultés financières.

Ces démocrates craignent que les mesures mises en place occasionnent des retards qui auront pour effet d'exclure une masse critique de bulletins de vote du décompte.

Lundi, M. Trump n'a par ailleurs pas exclu l'adoption d'un décret présidentiel interdisant le vote par correspondance.

Une tendance lourde

Quelqu'un insère des documents, dont un autocollant disant «J'ai voté», dans une enveloppe.

On peut prévoir pour les élections de novembre un taux record de vote par correspondance.

Photo : Associated Press / Glen Stubbe

En tout, une quarantaine d'États, menés par des républicains comme par des démocrates, facilitent à divers degrés le vote par correspondance, certains ayant adopté des mesures en ce sens dans la foulée de la pandémie.

Selon une évaluation du Washington Post, au moins 180 millions d'Américains, soit 77 % des électeurs, auront le droit de voter par la poste en novembre.

À titre d'exemple, cinq États, comme Washington ou le Colorado, envoyaient déjà par le passé aux électeurs inscrits un bulletin de vote par la poste; trois autres, dont le Nevada et le District de Columbia, ont prévu de le faire en novembre.

D'autres États, comme le Wisconsin ou l'Ohio, ont plutôt choisi de poster aux électeurs des demandes de vote par correspondance.

D'autres encore permettent à leurs électeurs de voter par la poste sans exiger de raison précise, ou acceptent le coronavirus comme motif, mais leur laissent le soin d'effectuer les démarches.

Pour toutes les élections américaines tenues de 2000 à 2012, il y a eu moins de 500 cas de fraude liés au vote par correspondance, selon une analyse du Brennan Center for Justice, un organisme non partisan.

Avec les informations de Las Vegas Review-Journal, et The Nevada Independant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !